L’écologie de la conscience

Durée de lecture : 1 minute

11 décembre 2013




Les professeurs d’espérance n’ont qu’un seul argument : lorsque le danger ou la douleur atteignent un certain degré, la conscience se réveille et l’être humain s’adapte, c’est-à-dire qu’il opte pour des comportements favorables à sa survie. La conscience : un guide sûr !

Un argument en apparence très fragile. Il suffit habituellement d’un sourire pour qu’il s’écroule dans le scepticisme ou l’indifférence du jour. Pour avancer sur un tel chemin, il faut croire en la conscience, en la pensée et en la vie, trois formes de lumière qui ont perdu toute recevabilité dans notre monde soi-disant postmoderne.

Pourtant, l’auteur soutient ici que le mouvement de la société civile en faveur de l’écologie n’est pas une mode, mais la manifestation d’une conscience en marche, elle-même constitutive de la vie. Solidement enraciné dans la physique contemporaine et l’histoire de la pensée, cet essai propose un fondement métaphysique à l’espérance, un changement de mentalité nécessaire à notre avenir, et une pratique courageuse de la participation à la vie.

On trouvera ici un étonnant traité sur la conscience dans son sens le plus large et le plus engageant.


Écrivain et philosophe, Jean Bédard prête depuis longtemps sa voix et ses gestes aux plus démunis, auprès desquels il a œuvré comme travailleur social. Nourri de la pensée humaniste, il a consacré à ses maîtres plusieurs ouvrages : Maître Eckhart (Stock, 1998), Nicolas de Cues (Hexagone, 2001), Comenius, l’art sacré de l’éducation (Jean-Claude Lattès, 2003).

- L’écologie de la conscience, Jean Bédard, éd. Liber, 500 p., 29 €.

L’écologie de la conscience, Jean Bédard, Editions Liber, 500 pages, 29 €






Source : Editions Liber

Consulter par ailleurs : La bibliothèque de Reporterre

28 septembre 2020
« Le Covid ne doit pas étouffer nos luttes » : à Paris, des activistes écolos ont occupé une place
Reportage
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
28 septembre 2020
À l’île Maurice, rébellion et autogestion contre la marée noire
Tribune