L’écologie est une lutte des classes !

Durée de lecture : 2 minutes

18 octobre 2019 / Le journal CQFD

Dans son numéro d’octobre 2019, le journal CQFD propose un riche dossier sur les inégalités environnementales.

  • Présentation du dossier par l’équipe rédactionnelle du journal :

- L’écologie est une lutte de classes (enfin, elle devrait)
Si les catastrophes semblent menacer tout le monde, ce sont pourtant bien les pauvres qui trinquent en premier. Il est grand temps de mettre fin au « consensus environnemental » bidon qui répète qu’on habite tous la même planète, refilant lâchement la patate chaude à la responsabilité individuelle de chacun. Non, nous ne sommes pas tous dans le même bateau. Et nous n’avons pas tous les mêmes responsabilités.

- « Il faut casser le consensus environnemental »
Entretien avec le sociologue engagé Razmig Keucheyan.

- Bure, une poubelle nucléaire « chez les ploucs »
Où enfouir les déchets nucléaires les plus dangereux ? Dénuée de tradition de lutte, peu peuplée, paupérisée donc corruptible, la Meuse cochait toutes les cases.

- Le business du diesel de qualité africaine
Des pétroliers occidentaux vendent des carburants ultra-toxique en Afrique de l’Ouest. Pour augmenter les marges, les fluides sont coupés avec des produits dangereux.

- Prenez et mangez-en tous
Incursion en terre cannibale, où l’on voit que le zombie mangeur de cervelle est davantage fils de capitalisme que d’épidémie.

- Quand l’Asie du Sud-Est déborde sous les déchets occidentaux

- Femmes de ménage : un métier qui empoisonne
La santé des agents de nettoyage est menacée par l’utilisation de produits toxiques. Mais sur fond de mépris social et racial, ce danger réel est trop souvent balayé.

- À Salsigne, « l’or pour l’État, l’arsenic pour le peuple »
Après s’être gavé pendant plus d’un siècle en compagnie d’investisseurs privés, l’État rechigne à dépolluer ce qui fut la plus grande mine d’or d’Europe. Les anciens mineurs, leurs voisins et leurs enfants, subissent une important pollution à l’arsenic.

- Au Rojhelat, l’écologie comme espace de contestation
Le moins que l’on puisse dire, c’est que pour Téhéran, l’environnement du Kurdistan iranien n’est pas une priorité. Les écologistes locaux payent un lourd tribut à leur lutte.

La totalité du sommaire du numéro 180 — disponible en kiosque jusqu’au 31 octobre 2019 — est en ligne ici.

  • On pollue bien les pauvres, CQFD, numéro 180, du 4 au 31 octobre 2019, 4 euros

21 novembre 2019
Il faut décoloniser l’écologie
20 novembre 2019
Froid, insalubre et désolé : le quotidien de 450 jeunes exilés dans un collège lyonnais
20 novembre 2019
« Face au catastrophisme, c’est à partir du local qu’on aura du positif »