L’exportation de bœuf vers le marché européen menace les Indiens du Paraguay

Durée de lecture : 2 minutes

17 septembre 2013 / Survival International

Au Paraguay, une société brésilienne rase la forêt d’Indiens isolés et les en chassent, pour faire place à de l’élevage de bétail destiné au marché européen. Alors même que cette société adhère au Pacte Mondial des Nations-Unies destiné à inciter les entreprises à respecter les Droits de l’Homme. Les Nations-Unies ne bougent pas.


La forêt des Indiens isolés du Paraguay est en train d’être détruite pour faire place à l’élevage de bétail destiné au marché européen.

De nouvelles images satellite révèlent que la compagnie brésilienne Yaguarete Pora a rasé la forêt du territoire ancestral des Indiens ayoreo, au nord du Paraguay.

Les quelques Ayoreo qui vivent encore dans l’isolement sont constamment forcés de fuir devant les éleveurs de bétail qui ont accaparé une grande partie de leur territoire.

Yaguarete adhère au Pacte Mondial des Nations-Unies (voir le rapport de Yaguarete concernant son adhésion au Pacte Mondial (en espagnol)), une initiative destinée à inciter les entreprises à « aligner leurs opérations et leurs stratégies sur dix principes universellement acceptés touchant les droits de l’homme ».

Mais les activités de la compagnie mettent la vie des Ayoreo isolés en danger. Ceux-ci n’ont pas d’immunité face aux maladies extérieures et tout contact avec les employés de la compagnie pourrait leur être fatal.

Dans un récent rapport soumis aux Nations-Unies, Yaguarete révèle avoir déjà débuté l’élevage de bétail sur le territoire des Indiens isolés et qu’une partie de la production de viande est destinée à l’Europe. Cependant, son rapport ne fait aucune mention de la présence des Indiens isolés.

Enfants Ayoreo

Survival a écrit à la Commission européenne pour lui demander d’enquêter sur ses importations de viande bovine.

Dans le but d’apparaître socialement et environnementalement responsable, la compagnie a déclaré une partie de son domaine « réserve naturelle privée ». Mais cette terre est la propriété ancestrale des Ayoreo qui en revendiquent les titres fonciers depuis plus de 20 ans.

De nombreux Ayoreo qui ont déjà été chassés de leur forêt sont morts ces dernières années et beaucoup d’autres sont atteints de maladies chroniques.

Les forêts du Paraguay sont rapidement rasées pour y faire paître des bovins et produire de la viande destinée aux marchés européen, africain, russe et américain.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : « Yaguarete ignore de manière flagrante les principes auxquels elle a adhéré et les Nations-Unies semblent impuissantes à intervenir et ce n’est pas la première fois que la compagnie est prise sur le fait. Quand le Paraguay mettra-t-il fin aux agissements d’une compagnie étrangère qui menace l’existence-même des Indiens isolés, ses citoyens les plus vulnérables ? »

..................

Photo du chapô : Parojnai est l’un des nombreux Ayoreo morts de maladie suite au contact avec le monde extérieur.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et images : Survival International France

Ecouter aussi : Où en est la déforestation au Paraguay

12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
Reportage
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune
12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
Reportage




Du même auteur       Survival International