« L’intérêt général et moi », à Dreux

22 janvier 2016



Une autoroute construite mais vide, un projet ferroviaire pharaonique, un projet d’aéroport vieux de plus de 40 ans. Sous ces infrastructures, des vies, des territoires, des espaces naturels sacrifiés ou devant l’être, au nom de l’intérêt général. Mais qui détermine l’intérêt général ? Comment ? Un film sur la démocratie des grands projets, sur la façon dont on prend et ressent ce type de décisions, aujourd’hui, en France.

A 18 h 30 vendredi 22 janvier}}, jusqu’à 21 h00.

A Dreux, Ciné-Centre, 5 place du Champ de Foire

Nous invitons les habitants de l’Eure et Loir à venir découvrir et comprendre ce qu’est l’intérêt général à travers de ‘grands projets’ souvent ‘inutiles’ et avant l’enquête publique pour l’Autoroute 154-12.

Ce film, support très explicite dans la lutte contre la mise en concession de nos routes nationales, concerne tout le monde, même si l’on n’est pas ‘impacté’ directement. Tous les automobilistes qui emprunteront cette voie devront payer les péages. Ce projet coûtera cher aux collectivités, donc aux citoyens, et sera néfaste à l’environnement : rien que la construction libérera dans l’air plus de 86000 t/équivalent carbone dans l’atmosphère, alors que l’ensemble des pays participant à la COP21 se sont engagés à réduire les émissions de carbone : Où est la cohérence ?

Film documentaire de Julien Milanesi, économiste, maître de conférences à l’université Paul Sabatier de Toulouse et chercheur au Laboratoire d’Etude et de Recherche appliqué en Sciences Sociales et de Sophie Metrich - Réalisatrice.

Participation 6€ perçus par le cinéma.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Un projet absurde d’autoroute menace l’Eure-et-Loir

Source : Graine Centre

DOSSIER    Grands projets inutiles imposés

22 septembre 2016
À Notre-Dame-des-Landes, calmes et déterminés, les occupants de la Zad se préparent à une éventuelle expulsion
Reportage
22 septembre 2016
Le régionalisme écologiste, un antidote au repli nationaliste
Tribune
24 septembre 2016
Sous les mers, la cacophonie humaine assomme les cétacés
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Grands projets inutiles imposés