« L’offensive doit être menée contre toutes les formes de vie »

Durée de lecture : 3 minutes

22 mars 2013 / Frédéric Wolff



Courage ! Il reste des zones à détruire, mais la guerre au vivant est en passe d’être victorieuse. Allons, enfants de l’industrie...


Il paraît que notre époque est au parler vrai, à la transparence, à la sincérité. D’ici peu, nous devrions donc entendre un grand discours de nos ministres de l’industrie, de l’agriculture, de la guerre et de l’écologie réunis.

Vous connaissez mon dévouement aux grandes causes nationales. J’ai préparé un brouillon de déclaration interministérielle, pour aider.

Après « Vive la crise » des années 80, « Vive la guerre » des années 2 000 !

Mes chers cons patriotes,

La guerre menée par les nations civilisées touche à sa fin. Les nouvelles du front sont excellentes : nous sommes sur le point d’anéantir notre ennemi héréditaire.

Ainsi, la plupart des sols agricoles sont biologiquement morts. Leur taux d’humus est au plus bas et toute trace de vie ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir.

Les océans se vident, le climat se réchauffe beaucoup plus vite que prévu, la déforestation gagne du terrain.

Grâce au redressement productif et aux efforts sans précédent de notre industrie du cancer, nous avons réussi à empoisonner l’eau, l’air, la terre, les ours blancs, la rosée où vont boire les abeilles, les oiseaux, les poissons... La débâcle est générale, le succès quasi-total.

Le nombre de personnes souffrant de la faim a dépassé le milliard et, selon les dernières estimations, oscille entre 1,5 et 2,5 milliards d’humains. Ces chiffres sont un encouragement sans précédent à développer les bio-carburants, les élevages industriels et le bétonnage des terres agricoles.

Nous appelons chacun, chacune à intervenir en renfort auprès des autorités, pour soutenir tous les projets nuisibles : constructions d’aéroports, de zones commerciales, de routes, d’industries nationales et transnationales… en veillant à ce que soient détruites les dernières zones humides et agricoles.

L’offensive doit être menée contre toutes les formes de vie. L’arsenal de destruction massive s’est enrichi de nouvelles armes, au premier rang desquelles figurent les gadgets sans fil. Il est impératif que l’ensemble de la population en âge d’être mobilisée participe à l’effort national, en soutenant les dealers de nouvelles technologies. Ce n’est qu’à ce prix que nous pourrons éradiquer les derniers îlots
de résistance.

Les nano-technologies gagneront à être répandues dans l’ensemble des produits de première nécessité.

Grâce aux cyborgs de la nouvelle génération, l’homme supprimé 2.0. devrait être disponible très prochainement sur le marché.

Chacun, chacune est appelé(e) à produire plus pour consommer plus, conformément à l’Evangile de la croissance infinie. Il reste des zones à détruire, la victoire est au bout de l’industrie !

Nous avons bon espoir de vendre nos avions de guerre à l’Inde et à tous pays qui voudraient en faire bon usage. Il en est de même pour nos usines atomiques que nous comptons déployer sur la planète, afin d’offrir un avenir rayonnant au monde de demain !

Si ces mesures ne suffisaient pas à porter un coup fatal à la vie, un ultimatum serait lancé par les nations civilisées : chacun(e) sera enjoint à prendre ses responsabilités en participant au suicide collectif instantané. Le libre choix des moyens sera laissé aux citoyens, conformément aux grands principes démocratiques qui sont les nôtres.

Allons enfants de l’industrie

Le jour fatal est arrivé

Contre la vie la tyrannie

Le progrès sanglant est flatté

Le progrès sanglant est flatté

Etendez-vous au fond des bagnes

Mugissez travailleurs-soldats

Consommez-vous à tour de bras

Etouffez vos villes et vos campagnes

Aux armes citoyens

Faisons couler l’béton

Coulons coulons

Qu’une eau impure

Abreuve nos sillons

Qu’un souffle impur

Empoisonn’ nos poumons…






Source : Courriel à Reporterre

Photo : Crobardures

Lire aussi : Lettre ouverte à François Hollande sur la pollution électromagnétique

19 septembre 2020
Le traité Mercosur aurait des conséquences désastreuses pour l’Amazonie
Info
19 septembre 2020
À Plélan-le-Grand, le parc éolien souffle à l’énergie citoyenne
Alternatives
19 septembre 2020
Le cri des pauvres, le cri de la Terre, reconnaître l’altérité : une lecture chrétienne
Tribune




Du même auteur       Frédéric Wolff