Faire un don
60696 € récoltés
OBJECTIF : 120 000 €
51 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

L’utopie au quotidien du village alternatif Emmaüs de Pau Lescar

Durée de lecture : 1 minute

16 mars 2018 / Denis Lefèvre

Dans « Emmaüs Lescar-Pau. Le compagnon, la ruche et l’utopie », Denis Lefèvre raconte l’histoire de la plus grande communauté Emmaüs de France, archétype du « penser globalement, agir localement ».

  • Présentation du livre par son éditeur :

Fondée en 1982 par Germain Sahri, la communauté Emmaüs de Pau est devenue en trois décennies la plus importante de France, accueillant 130 compagnons et une quinzaine de salariés. Acteur régional de premier plan avec sa déchetterie et son bric-à-brac, qui attirent quotidiennement près de 1.500 personnes, elle s’est transformée en village alternatif avec sa ferme, son restaurant, son épicerie, ses constructions écologiques, ses festivals culturels… Archétype du « penser globalement, agir localement », elle a mêlé aux valeurs traditionnelles d’Emmaüs, que sont la solidarité et le partage, les combats écologiques et altermondialistes, et s’investit, après l’Afrique, dans des partenariats avec la Bolivie et la Palestine. Au village alternatif Emmaüs de Pau Lescar, l’utopie se vit au quotidien.

  • Denis Lefèvre est journaliste, tout particulièrement concerné par l’évolution du monde rural. En 2001, il a passé plus d’une année dans la communauté Emmaüs, côtoyant ainsi de près son fondateur, l’abbé Pierre. Il a publié nombreux articles et ouvrages, dont Les Combats de l’abbé Pierre (Cherche midi, 2011) ou L’eau en péril (Quae,2016).

  • Emmaüs Lescar-Pau. Le compagnon, la ruche et l’utopie, de Denis Lefèvre, éditions Privat, janvier 2018, 274 p., 18 €.


Lire aussi : Retour dans le village alternatif de Lescar-Pau, qui tourne à l’heure de l’écologie

17 juin 2019
En Amazonie colombienne, les terres autochtones pillées par l’extractivisme
Info
17 juin 2019
Plongée dans l’univers de la 5G : merveille ou cauchemar ?
Enquête
15 juin 2019
Fatima Ouassak : « Dans les quartiers populaires, l’écologie semble réservée aux classes moyennes et supérieures blanches »
Entretien