LGV Lyon Turin : Ayrault déclare « l’utilité publique »

Durée de lecture : 2 minutes

27 août 2013 / Camille Martin (Reporterre)

L’été ne change rien à la logique des grands projets inutiles : le premier ministre Jean-Marc Ayrault vient de signer la déclaration d’utilité publique du projet de LGV Lyon-Turin.


On ne le dit pas assez, mais Jean-Marc Ayrault a le sens de l’humour. Au moment même où EELV se réunissait à Marseille et applaudissait le ministre de l’Ecologie, Philippe Martin, venu promettre une « contribution énergie climat » aussi nébuleuse que la transition écologique promise par François Hollande, le premier ministre publiait dans le Journal Officiel du 25 août la déclaration d’utilité publique du projet de LGV Lyon-Turin.

Télécharger le texte du décret :

Le gouvernement décrète donc : "Art. 1er. − Sont déclarés d’utilité publique et urgents les travaux nécessaires à la réalisation de l’itinéraire d’accès au tunnel franco-italien de la liaison ferroviaire Lyon–Turin entre Colombier-Saugnieu (Rhône) et Chambéry (Savoie) ainsi que des aménagements localisés à Montmélian et Francin, d’une part, et entre Avressieux (Savoie) et Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie), d’autre part, conformément aux plans annexés au présent décret.



Art. 2. − Les expropriations nécessaires devront être réalisées dans un délai de quinze ans à compter de la publication du présent décret.

Art. 3. − Le maître d’ouvrage devra, s’il y a lieu, remédier aux dommages causés aux exploitations agricoles dans les conditions prévues par les articles L. 123-24 à L. 123-26, L. 352-1, R. 123-30 à R. 123-38 et R. 352-1 à R. 352-14 du code rural et de la pêche maritime."

Ce grand projet inutile a beau être critiqué par la Cour des Comptes, gangrené par les conflits d’intérêt, s’appuyer sur un dossier justificatif très faible, remuer amiante et uranium dans la montagne concernée, rien n’y fait : il se fera, foi de bétonneur !

Dans un communiqué de presse du 25 août reçu par Reporterre, la Coordination des opposants au Lyon-Turin écrit :"Au moment où les feuilles d’impôts arrivent chez les contribuables et que des efforts importants leur sont demandés, le Premier Ministre des projets inutiles et imposés se moque des recommandations de la Commission Mobilité 21 qui considère ce projet comme non prioritaire.

Il se moque des recommandations de la Cour des Comptes, de l’Inspection Générale des Finances, du Conseil Général des Ponts et Chaussées, de la Direction Générale du Trésor, des anciens Présidents de RFF et de la SNCF, des élus et des citoyens."


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Camille Martin pour Reporterre.

Lire aussi : De l’uranium et de l’amiante sur le tracé de la LGV Lyon-Turin



Documents disponibles

  Sans titre
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
18 octobre 2019
La colonisation du monde par les fleurs, une histoire mystérieuse
À découvrir




Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)