La Constituante islandaise menacée par une décision judiciaire

Durée de lecture : 2 minutes

30 janvier 2011 / Parti de Gauche

En Islande, de simples citoyens avaient commencé à rédiger une nouvelle constitution. Mais une décision judiciaire menace ce processus innovant.


Le mardi 25 janvier la Cour Suprême d’Islande a annulé l’élection constituante organisée le 27 novembre 2010 en Islande à la suite d’une révolution citoyenne contre les banques.

La Cour avait été saisie par un représentant des propriétaires de terres et de fleuves et par un candidat conservateur, opposé dès le départ à l’idée de Constituante.

Les craintes de ces oligarques étaient en train de se réaliser puisque les constituants planchent sur une clause de nationalisation des ressources natuelles, en conformité avec le principe internaitonal de souveraineté permanente sur les ressources naturelles défendu également par le Parti de Gauche.

Ces tenants de l’ordre établi avaient prétexté de certaines irrégularités dans le processus électoral, comme la hauteur de la cloison en carton qui séparait chaque isoloir, comme le fait que le bulletin ne pouvait être plié en deux, autant de détails qui ne pouvaient pas influer sur le résultat du scrutin.

Il s’agit donc bien d’une tentative de déstabilisation du processus constituant venant des institutions objet des réformes, tentative qui a eu lieu également dans les processus constituants d’Equateur et de Bolivie, qui fort heureusement ont été plus forts que les institutions d’ancien régime. Elle a également eu lieu au Honduras et le PG n’oublie pas que c’est sur un jugement de la Cour Suprême que les putchistes ont cru pouvoir justifier le coup d’Etat contre Manuel Zelaya la veille du référendum consultatif sur l’Assemblée Constituante.

Dans ces conditions, le Parti de Gauche soutient ardemment les 25 constituants d’Islande, démocratiquement élus par leurs compatriotes, et le Gouvernement Islandais. Il leur dit : « Tenez bon, vous êtes les garants de la souveraineté populaire, ne laissez pas qu’elle soit contournée par les oligarques et les banquiers ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.lepartidegauche.fr/edito...

Lire aussi : En Islande, les citoyens écrivent la nouvelle Constitution

18 juillet 2019
L’empire d’Amazon s’étend en France : l’enquête de Reporterre
Enquête
16 juillet 2019
Pourquoi faire la « marche des animaux » ?
Une minute une question
18 juillet 2019
Élisabeth Borne, une « travailleuse acharnée » pas « écolo convaincue » au ministère de l’Écologie
Info




Du même auteur       Parti de Gauche