La Coupe du Monde est finie ? Transformons les stades en logements !

21 juillet 2014 / Camille Martin (Reporterre)

La Coupe du monde au Brésil s’est achevée. Mais les stades vides et désormais inutiles demeurent. Qu’en faire ? Deux architectes proposent de les transfomer en logements à destination de familles à faibles revenus.


Axel de Stampa et Sylvain Macaux sont deux architectes diplômés de l’Ecole d’Architecture de Paris-Belleville. Ils ont mis au point un projet de reconversion des stades brésiliens sans utilité après le tournoi, nommé Casa Futebol.

En effet, la plupart des douze enceintes devraient être redimensionnées et réutilisées pour des championnats locaux. Mais quatre stades (l’Arena das Dunas à Natal, l’Arena Amazonia de Manaus, le Nacional Stadium de Brasilia et l’Arena Pantanal à Cuiab) ne font pas l’objet d’une réutilisation annoncée.

Une façon de donner une seconde vie à des infrastructures obsolètes ou peu utilisées, tout en tentant de répondre à la problématique du logement au Brésil. Comme les jeunes architectes le rappellent sur leur site :

“Dans ce pays de deux cents millions d’habitants qui accueillera la Coupe du monde de football cette année et qui constitue la première économie d’Amérique latine, le manque de logements est estimé à 5,2 millions de domiciles, dont 1,1 million à Sao Paulo, selon l’Institut de recherches d’économie appliquée (Ipea).”

L’explication des architectes :

« Le projet Casa Futebol propose une réappropriation des stades rénovés ou construits pour la coupe du monde à l’aide de modules de logements d’une surface approximative de 105 m².

Il ne s’agit pas de nier l’intêret des Brésiliens pour le football, mais de proposer une alternative au déficit de logements. Les stades continueront à fonctionner, recevant des matchs dont une partie des recettes pourra financer la construction et l’entretien des maisons.

Nous remplaçons une partie des gradins par des logements préfabriqués et nous colonisons la façade extérieure. Casa Futebol apporte une échelle humaine dans ces constructions démesurées. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : 1 Week 1 Project et Reporterre

Photos : 1 Week 1 Project

Lire aussi : Au Brésil, la Coupe du monde du football se jouera dans des éléphants blancs


Merci de soutenir Reporterre :



24 mai 2019
Températures, fonte des glaces, catastrophes : les rapports scientifiques donnent le vertige
Info
23 mai 2019
Pourquoi les jeunes manifestent-il pour le climat vendredi 24 mai ?
Une minute - Une question
24 mai 2019
En Belgique, les marcheurs du climat ont bousculé la campagne électorale
Info




Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)