La Coupe du Monde est finie ? Transformons les stades en logements !

Durée de lecture : 2 minutes

21 juillet 2014 / Camille Martin (Reporterre)



La Coupe du monde au Brésil s’est achevée. Mais les stades vides et désormais inutiles demeurent. Qu’en faire ? Deux architectes proposent de les transfomer en logements à destination de familles à faibles revenus.


Axel de Stampa et Sylvain Macaux sont deux architectes diplômés de l’Ecole d’Architecture de Paris-Belleville. Ils ont mis au point un projet de reconversion des stades brésiliens sans utilité après le tournoi, nommé Casa Futebol.

En effet, la plupart des douze enceintes devraient être redimensionnées et réutilisées pour des championnats locaux. Mais quatre stades (l’Arena das Dunas à Natal, l’Arena Amazonia de Manaus, le Nacional Stadium de Brasilia et l’Arena Pantanal à Cuiab) ne font pas l’objet d’une réutilisation annoncée.

Une façon de donner une seconde vie à des infrastructures obsolètes ou peu utilisées, tout en tentant de répondre à la problématique du logement au Brésil. Comme les jeunes architectes le rappellent sur leur site :

“Dans ce pays de deux cents millions d’habitants qui accueillera la Coupe du monde de football cette année et qui constitue la première économie d’Amérique latine, le manque de logements est estimé à 5,2 millions de domiciles, dont 1,1 million à Sao Paulo, selon l’Institut de recherches d’économie appliquée (Ipea).”

L’explication des architectes :

« Le projet Casa Futebol propose une réappropriation des stades rénovés ou construits pour la coupe du monde à l’aide de modules de logements d’une surface approximative de 105 m².

Il ne s’agit pas de nier l’intêret des Brésiliens pour le football, mais de proposer une alternative au déficit de logements. Les stades continueront à fonctionner, recevant des matchs dont une partie des recettes pourra financer la construction et l’entretien des maisons.

Nous remplaçons une partie des gradins par des logements préfabriqués et nous colonisons la façade extérieure. Casa Futebol apporte une échelle humaine dans ces constructions démesurées. »





Source : 1 Week 1 Project et Reporterre

Photos : 1 Week 1 Project

Lire aussi : Au Brésil, la Coupe du monde du football se jouera dans des éléphants blancs


Merci de soutenir Reporterre :

22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
1er octobre 2020
Decathlon veut encore bétonner des terres agricoles près de Montpellier
Reportage
28 septembre 2020
Un an après Lubrizol, les Rouennais manifestent pour la vérité
Reportage




Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)