La Cour des comptes désapprouve le Lyon-Turin

Durée de lecture : 5 minutes

9 novembre 2012 / Localtis.info // Coordination des opposants à la ligne Lyon-Turin

Autre grand projet inutile, la ligne Lyon-Turin est sévèrement jugée par la Cour des Comptes : exagération du trafic prévu et dérive des coûts prévisionnels


Pour la Cour des comptes, le projet de LGV Lyon-Turin n’est pas sur les bons rails
Localtis.info

La Cour des comptes a publié le 5 novembre un référé daté du 1er août qui se montre très sévère à l’encontre du projet de ligne à grande vitesse (LGV) entre Lyon et Turin.

Objet d’un accord signé en 2001 entre la France et l’Italie, la construction de cette ligne, jugée stratégique pour le réseau européen et subventionnée par l’UE, vise à raccourcir le trajet entre Paris et Milan à quatre heures contre sept actuellement.

Mais la cour regrette que le pilotage du projet, qualifié de "très ambitieux", ne réponde pas aux "exigences de rigueur nécessaires à une opération de cette ampleur et de cette complexité".

Elle note que les prévisions de trafic établies dans les années 1990, qui envisageaient la poursuite d’une forte croissance, ont été "fortement remises en cause depuis", le risque de saturation des infrastructures existantes n’étant aujourd’hui envisagé qu’à l’horizon 2035.

Elle pointe aussi des coûts prévisionnels "en forte augmentation". "Du fait notamment du renforcement des règles de sécurité et du changement de tracé de la partie commune, l’estimation du coût global est ainsi passée en euros courants de 12 milliards d’euros en 2002 à 26,1 milliards d’euros selon les dernières données communiquées par la direction générale du Trésor", note-t-elle.

Enfin, ajoute-t-elle, "associée à une faible rentabilité socio-économique, la mobilisation d’une part élevée de financements publics se révèle très difficile à mettre en oeuvre dans le contexte actuel", d’autant qu’"aucun financement n’est prévu dans le budget de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afitf) pour 2013".

Même si pour la cour, "le caractère international du projet, son ancienneté et sa complexité rendent difficile l’énoncé de recommandations", elle rappelle la conclusion, en matière de dépenses d’investissement, de son rapport de juillet dernier sur les finances publiques qui conseillait de "réexaminer systématiquement ces dépenses au vu de leur compatibilité avec la situation financière réelle du pays, de leur rentabilité financière et socio-économique et surtout de leur contribution au relèvement du niveau de la croissance potentielle de l’économie".

Concernant la LGV Lyon-Turin, la cour recommande donc "de ne pas fermer trop rapidement l’alternative consistant à améliorer la ligne existante". Si le projet devait être malgré tout poursuivi, elle préconise "d’étudier les mesures éventuellement contraignantes de report du trafic transalpin de la route vers la voie ferrée".

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, destinataire du référé en août, a relevé dans un courrier également rendu public le 5 novembre par la Cour des comptes que le projet répond à l’"objectif stratégique" de "sécuriser les échanges entre la France et l’Italie à travers les Alpes".

Selon lui, cette nécessité a été renforcée par les accidents survenus en 1999 et 2005 dans les tunnels alpins qui ont "mis en évidence la fragilité du système actuel qui repose principalement sur le mode routier".

L’avenir de la LGV Lyon-Turin sera au menu du sommet franco-italien du 3 décembre prochain à Lyon. En attendant, les parlementaires concernés par le projet, parmi lesquels Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, et Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes, se réunissent le 7 novembre à Paris.

Ils souhaitent rédiger un appel au président de la République pour "lui rappeler à quel point cette liaison ferroviaire est essentielle pour l’emploi et la croissance en Europe, comme pour un environnement mieux préservé".


Communiqué de La Coordination des opposants à la nouvelle ligne Lyon Turin

La Cour des Comptes condamne une nouvelle fois un projet inutile et
coûteux. Les opposants à la nouvelle ligne entre Lyon et Turin se trouvent une nouvelle fois confortés par la Cour des Comptes qui, pour la troisième fois cette année, condamne ce projet.

La Coordination des opposants à la nouvelle ligne Lyon Turin a donné tous les chiffres prouvant que les trafics entre la France et l’Italie sont inférieurs à ce qu’il étaient en 1988 (route + rail / Fréjus, Mont-Blanc, Mont Cenis).

Elle a dénoncé les grossières sous-évaluations des coûts, les prévisions de trafic fantaisistes et sur-évaluées.

Elle a dénoncé les « études » des enquêtes publiques réalisées par les maîtres d’oeuvre du projet.

Elle rappelle que les travaux préliminaires en France ont déjà coûté trois fois plus cher que le montant annoncé alors qu’aucun percement n’a débuté en Italie.

La Cour confirme les baisses de trafic entre la France et l’Italie.

La Cour confirme les sous-évaluations, l’absence de maîtrise des coûts et confirme les chiffres donnés par les opposants.

La Cour confirme la sous-utilisation de la ligne existante. Elle confirme également que la saturation de la ligne existante, condition de l’accord franco-italien du 29 janvier 2001, n’est pas acquise.

La Cour confirme la surévaluation des prévisions depuis vingt ans, leur caractère infondé pour les plus récentes.

La Cour confirme que « la valeur actualisée nette économique est négative dans tous les scénarios envisagés » avec pour conséquence directe du déficit public.

Devant cette situation, la Coordination demande l’arrêt immédiat des travaux alors que rien ne les justifie.

Les opposants demandent que des mesures soient prises immédiatement, pour limiter le nombre de camions dans les Alpes en interdisant le passage de camions à vide ou peu chargés, et la mise en place de plate-formes de groupage et dégroupage en France et en Italie.

Comme la Cour des Comptes, ils demandent des investissements sur le réseau existant, pour des transports collectifs fréquents et de proximité ainsi que la réduction des risques et des nuisances dont sont victimes les riverains des voies ferrées.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source :
- Localtis.info
- Courriel à Reporterre de La Coordination des opposants à la nouvelle ligne Lyon Turin

Photo : Tractebel

Lire aussi : La LGV Lyon-Turin, autre grand projet inutile

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête