La France n’a plus de ministre de l’Ecologie

Durée de lecture : 1 minute

19 février 2012 / par villalard

Le quinquennat environnemental de M. Sarkozy se termine sous le signe du roi Ubu : la ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, étant nommée porte-parole du candidat Sarkozy, il n’y a plus de ministre de l’Ecologie. « Son ministère sera rattaché au Premier ministre ».


20 Minutes

Nicolas Sarkozy a annoncé à l’inauguration de son QG [le 18 février] que Nathalie Kosciusko-Morizet sera bien la porte-parole de sa campagne. « C’est quelqu’un qui est ferme dans ses convictions et qui en même temps n’est pas agressive », a expliqué Nicolas Sarkozy devbant la presse. « Elle le fera avec tout le talent, la force et la douceur dont elle est capable. » Son ministère sera rattaché au premier ministre.


AFP

Philippe Martin, député PS du Gers et membre de l’équipe environnement de François Hollande, a ironisé samedi sur la confirmation de Nathalie Kosciusko-Morizet comme porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy.
"Commencé en fanfare avec le Grenelle de l’environnement, le quinquennat du président sortant se termine... sans ministre de l’Ecologie", a commenté M. Martin devant le fait que Mme Kosciusko-Morizet allait abandonner sa casquette ministérielle et que son ministère allait être rattaché directement à Matignon.

"La disparition du poste de ministre de l’Ecologie illustre jusqu’à la caricature la phrase prononcée par Nicolas Sarkozy en 2010 : l’environnement, ’ça commence à bien faire’ ", a dit M. Martin, secrétaire national adjoint à l’environnement au Parti socialiste.

"Quant à confier le sort de l’écologie au Premier ministre François Fillon, c’est aussi enthousiasmant que de confier la lutte contre le réchauffement climatique à Claude Allègre", a-t-il dit.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Sources :
- 20 Minutes
- AFP

Photo : Unsa

Lire aussi : Sarkozy, de l’écologisme d’Etat à l’injure productiviste

9 novembre 2019
« Notre histoire s’est bâtie pour partie sur des violences populaires »
Tribune
12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
Reportage
9 novembre 2019
L’effondrement de l’URSS et de son agriculture industrielle a été bénéfique pour le climat
Info


Du même auteur       villalard