La Suisse va sortir progressivement du nucléaire

Durée de lecture : 1 minute

28 septembre 2011 / AFP

Le pays, qui dispose de cinq réacteurs atomiques, fixe la date de sortie à 2034


La Suisse va sortir progressivement du nucléaire, à la suite du feu vert donné mercredi 28 septembre par le Conseil des Etats (chambre haute du Parlement), à l’arrêt de la construction de nouvelles centrales nucléaires. Le Conseil National (chambre basse) avait déjà voté dans le même sens, le 8 juin dernier.

Outre des mesures encourageant l’énergie renouvelable et l’efficacité énergétique, le texte voté mercredi par la Chambre haute exige la poursuite de la recherche dans le nucléaire.

Le 8 juin dernier, les députés de la Chambre basse avaient approuvé les plans présentés par le gouvernement helvétique pour sortir progressivement du nucléaire d’ici 2034, ouvrant la voie à un long processus politique.

Parmi les motions votées, la plus importante a été celle du député centriste Roberto Schmidt, qui a proposé qu’aucune autorisation ne soit plus accordée pour la construction de centrales nucléaires. Ce texte a été adopté par 101 voix, alors 54 députés ont voté contre et 36 se sont abstenus.

La fédération des entreprises suisses, Economiesuisse, avait « regretté » cette décision, ajoutant toutefois qu’il s’agissait d’« une première décision parlementaire dans un long processus politique ».

La Confédération dispose de cinq réacteurs nucléaires, tous situés dans l’est du pays. Selon les recommandations émises fin mai par le gouvernement, le réacteur de Beznau I devra être découplé du réseau en 2019, ceux de Beznau II et Mühleberg en 2022, celui de Gösgen en 2029 et celui de Leibstadt en 2034.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.liberation.fr/terre/0101...

Lire aussi : En Suisse, du solaire plutôt que le nucléaire

23 septembre 2019
Perturber l’aviation, une « escalade dans la radicalité » théorisée par les activistes anglais
Tribune
24 septembre 2019
La PMA, comprendre de quoi l’on parle
Enquête
23 septembre 2019
Sous les lacrymogènes, la convergence entre mouvement climat et Gilets jaunes s’est opérée
Reportage