La carte interactive des engagements de réduction des émissions par les Etats

Durée de lecture : 2 minutes

7 septembre 2015 / Emilie Massemin (Reporterre)

Début septembre, 58 Etats ont publié leurs engagements de réduction d’émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

- Carte des engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Pour connaitre les données d’un pays, cliquer sur son emplacement.

Les engagements actuels des Etats sont très insuffisants

Dans la perspective de la conférence sur le climat à Paris fin novembre (COP 21), les 196 Etats-membres de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC - en anglais UNFCCC) doivent publier sur leurs engagements propres de limitation des émissions de gaz à effet de serre. A ce jour, début septembre, 58 pays ont présenté leurs contributions.

Mais ce n’est pas encore suffisant pour limiter le changement climatique à 2°C. D’après une étude de l’organisme Climate Action Tracker publiée mercredi 2 septembre à Bonn, les contributions déjà recueillies par l’ONU “conduisent à des émissions mondiales bien supérieures aux niveaux nécessaires pour contenir le réchauffement à 2°C” par rapport à l’ère préindustrielle. On se dirigerait plutôt vers 3, voire 4°C.

Pour limiter la hausse à 2°C, pas le choix : “Les gouvernements doivent réduire collectivement les émissions mondiales de 12 à 15 gigatonnes d’équivalent CO2 supplémentaire d’ici à 2025, et de 17 à 21 GtCO2eq d’ici à 2030”. Si les ambitions à l’horizon 2030 étaient maintenues à leur niveau actuel, “contenir le réchauffement sous les 2°C pourrait devenir infaisable”, estime l’un des chercheurs, Bill Hare.

Comment lire les fiches de la carte :

- cliquer sur le nom du pays fait apparaitre une fiche relative à ce pays.

- chaque fiche présente, outre les chiffres, diverses indications sur :

. l’utilisation des terres : les forêts sont des puits de carbone, au même titre que les prairies et les zones humides, c’est-à-dire qu’elles sont capables d’absorber une partie du CO2 présent dans l’atmosphère. Si les États intègrent cette capacité d’absorption dans leurs objectifs, ils raisonnent en réduction d’émissions nettes, ce qui est moins ambitieux que des réductions brutes. Ainsi, la Russie compte sur l’ensemble des forêts présentes sur son territoire (elle abrite 70 % des forêts boréales et 25 % des ressources forestières mondiales) pour atteindre ses objectifs sans faire d’efforts supplémentaires. En revanche, le Gabon joue le jeu, en s’interdisant de comptabiliser le carbone absorbé par la forêt, qui couvre pourtant la majeure partie de son territoire.

. les crédits internationaux : le recours aux marchés internationaux du carbone permet de continuer à émettre chez soi à condition de financer des projets de réduction des émissions à l’étranger.

. l’adaptation : pour les pays développés, il s’agit d’expliquer comment ils comptent aider les États en développement à s’adapter aux conséquences du réchauffement planétaire ; pour les pays les plus vulnérables, d’exprimer leurs besoins en la matière.

- Source des données de la carte : Global carbon project

- Contributions : UNFCCC


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Emilie Massemin pour Reporterre

DOSSIER    Climat : de COP en COP

21 janvier 2020
Faire durer les grèves : les leçons de l’histoire
Enquête
22 janvier 2020
Contre les pesticides SDHI, des associations écolos saisissent la justice
Info
22 janvier 2020
L’Andra utilise des youtubeurs pour rendre « cool » les déchets radioactifs
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Climat : de COP en COP





Du même auteur       Emilie Massemin (Reporterre)