« La crise grecque montre que le capitalisme n’est plus compatible avec la démocratie »

4 juillet 2015 / Entretien avec Geneviève Azam

A la veille d’un référendum décisif sur l’avenir de la Grèce, Reporterre a cherché à comprendre cette crise qui ébranle l’Europe. Interview avec Geneviève Azam, économiste et chercheuse à l’Université Toulouse II, également porte-parole d’ATTAC. Entretien en video.


De quelle crise la Grèce est-elle aujourd’hui le nom ? D’une crise économique, certes, mais surtout d’une crise politique qui est, au fond, une crise du modèle de développement.

Geneviève Azam, économiste et porte-parole d’Attac France indique la véritable perspective de la crise grecque : c’est d’« un système à bout de souffle » – produit d’une croissance qui ne reviendra pas – dont la Grèce est victime.

Pourfendant les exigences des créanciers – « aucune rationalité économique ne justifie ce qui est actuellement proposé à la Grèce » - elle insiste sur le danger de défaire la légitimité politique d’un gouvernement élu démocratiquement.


« Si j’étais grecque, je voterais non dimanche »

Les raisons de voter « non ».

« C’est une crise de soutenabilité du modèle de croissance »

Le non-remboursement de la dette s’explique d’abord par le fait qu’une croissance forte n’est plus aujourd’hui possible, en Grèce comme ailleurs.

« Il faut une conférence internationale sur la dette, c’est aussi urgent que Bretton Woods en 1944 »

Envisager une sortie de l’euro ? « L’euro n’est pas intouchable, ce n’est pas un fétiche », répond Geneviève Azam. Mais le « Grexit » entraînerait des secousses très violentes pour la société grecque.

« Le capitalisme n’est plus compatible avec la démocratie »

Reterritorialiser l’activité, en finir avec le marché global : Geneviève Azam conclut en esquissant des pistes de sortie de crise. Une crise qui, masquée un temps par « l’euphorie financière », révèle aujourd’hui un système qui détruit les sociétés et la planète.

- Propos recueillis par Barnabé Binctin et filmés par Lucas Mascarello


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le soutien des Français à la lutte des Grecs contre la finance

Texte : Barnabé Binctin pour Reporterre

Réalisation : Lucas Mascarello pour Reporterre

. chapô : National bank : Flickr (Global Panorama/CC)

Geneviève Azam vient de publier Osons rester humain. Les impasses de la toute-puissance


DOSSIER    Grèce

THEMATIQUE    Économie
19 avril 2019
La Défense bloquée toute la journée par les activistes du climat
Reportage
19 avril 2019
Notre-Dame : le bois de chêne de la charpente était « médiocre »
Enquête
19 avril 2019
7e leçon des jeunes au gouvernement : place à l’éco-construction
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Grèce



Sur les mêmes thèmes       Économie