La justice chilienne valide un projet de barrages géants en Patagonie

7 avril 2012 / AFP


La Cour suprême du Chili a donné son feu vert mercredi 4 avril au projet de construction de cinq barrages hydroélectriques en Patagonie, levant le dernier obstacle judiciaire à ce programme controversé qui a provoqué l’an dernier d’importantes et violentes manifestations.

Déjà validé par une commission constituée d’autorités régionales en mai 2011, le chantier doit encore recevoir le feu vert du gouvernement. Le cas échéant, la construction ne devrait pas commencer avant 2014 et pourrait durer une dizaine d’années. Ces barrages visent à produire 2 750 mégawatts et augmenter de 20 % la capacité électrique du pays, qui connaît régulièrement des problèmes d’approvisionnement énergétique.

5 900 HECTARES INONDÉS

La Cour suprême avait été saisie par des opposants à HidroAysen, nom du projet, déjà déboutés en première instance et en appel l’année dernière. Porté par un consortium hispano-chilien, Endesa-Colbun, le méga-projet hydroélectrique avait généré en mai une forte mobilisation populaire, avec des manifestations émaillées de violences à Santiago et Coyhaique en Patagonie, à 1 300 km au sud de la capitale.

Pour ses défenseurs, dont le gouvernement, HidroAysen est vital pour l’indépendance énergétique du Chili. Aux yeux de ses détracteurs, il risque de défigurer un des derniers paysages vierges de la planète, une région de forêts, de lacs et glaciers attirant des touristes du monde entier. HidroAysen doit notamment inonder 5 900 hectares, virtuellement déserts.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : lemonde.fr

Ecouter aussi : Quel est le problème des barrages en Patagonie, au sud du Chili ?

5 mars 2019
La terre et la mer étouffent sous les déchets plastiques
Info
22 mars 2019
Macron, l’État terroriste
Édito
22 mars 2019
EN BÉDÉ - Les Gilets jaunes au tribunal : des condamnations à la chaîne
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre