La mafia s’intéresse au chantier Lyon-Turin

Durée de lecture : 1 minute

21 mars 2012 / Courrier International


L’écrivain et journaliste Roberto Saviano dénonce dans La Repubblica l’infiltration de la mafia sur les chantiers des lignes de train à grande vitesse en Italie, alors que les manifestations des « No-Tav », ces militants opposés au chantier du tunnel de la ligne de TGV Lyon-Turin, se poursuivent dans la région du Val de Suse.

« En ce moment, l’opinion se divise entre ceux qui considèrent le TGV dans le Val de Suse comme un bond en avant (...) et ceux qui y voient un gâchis aberrant et une violence contre la nature. Mais il y a un point sur lequel on doit tomber d’accord : actuellement l’Italie n’est pas en mesure de garantir que ce chantier ne devienne pas une mine pour la mafia », écrit l’auteur de Gomorra. Et de rappeler qu’en 2009, une Cour de cassation a officiellement reconnu qu’il y avait des « émanations de la N’drangheta [la mafia calabraise] sur le territoire du Val de Suse ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courrier International

Lire aussi : Les trafics mafieux de biens environnementaux se développe

18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage




Du même auteur       Courrier International