La manifestation contre le TAFTA à Berlin : du jamais vu depuis 2003

Durée de lecture : 3 minutes

12 octobre 2015 / Violette Bonnebas (Reporterre)

Plus de 150 000 personnes ont défilé samedi 10 octobre à Berlin pour protester contre les traités de libre-échange TAFTA et CETA. La capitale allemande n’avait pas connu une telle mobilisation depuis les manifestations contre l’invasion de l’Irak en 2003.

- Berlin, reportage

Leur gouvernement a eu beau se démener, s’offrir une tribune pro-TAFTA dans plusieurs grands journaux le matin même, les citoyens allemands se sont déplacés massivement samedi pour participer à la manifestation anti-traités transatlantiques à Berlin.

“C’est un grand jour pour la démocratie, criaient les hauts-parleurs sur l’avenue qui mène à la Porte de Brandebourg. C’est la première fois en Europe qu’autant de gens descendent dans la rue contre ces traités. Les négociations du TAFTA sous cette forme doivent cesser, le CETA ne doit pas être ratifié.” Le TAFTA est le projet de traité entre l’Union européenne et les Etats-Unis pour approfondir le libre-échange, le CETA son équivalent entre l’Europe et le Canada.

Officiellement, ce sont 150 000 personnes qui ont montré leur opposition aux projets d’accords avec les Etats-Unis et le Canada. D’autres sources faisaient état du chiffre vertigineux de 250 000 manifestants au plus fort d’une journée froide mais ensoleillée. Berlin n’avait plus connu ça depuis 2003 et l’opposition aux manoeuvres militaires en Irak. A l’appel de plus de 170 organisations, un cortège très hétéroclite a défilé dans une ambiance festive, brandissant les slogans “Pour un commerce mondial équitable”, “Oui à des salaires justes”, “le TTIP signe le naufrage climatique” ou encore “Non aux OGM”.

Les manifestants devant la porte de Brandebourg

Mines fatiguées par les kilomètres avalés pour rallier la capitale dans la nuit de vendredi à samedi, des habitants de Stuttgart, Francfort, Cologne ou Munich, les grands centres économiques du pays, sont venus dénoncer aux côtés des Berlinois le “cheval de Troie” que constituent à leurs yeux TAFTA et CETA. “Avec ces traités, des produits OGM américains pourront venir dans nos rayons de supermarchés, et à des prix très bas, donc les gens seront incités à les acheter, redoute Magnus, simple citoyen sans bannière. Il y a aussi un risque de voir la fracturation hydraulique s’imposer à nous, alors que nous n’en voulons pas.”

A l’heure du bilan, les organisateurs se félicitent d’un “succès écrasant”. "Rendez-vous compte, témoigne Alois Vedder, responsable des questions politiques chez WWF, tous ces gens qui ont fait la route toute la nuit, parfois avec leur propre voiture... Ils ne l’auraient pas fait s’ils n’étaient pas particulièrement en colère".

Le succès de la manifestation est un coup dur pour les pro-TAFTA. Le gouvernement allemand espérait associer les syndicats du pays aux négociations. Raté. La principale Confédération allemande des syndicats, la DGB, a depuis rejoint la fronde. A la tribune samedi, son chef, Reiner Hoffmann, a notamment appelé la Commission européenne et le gouvernement d’Angela Merkel à plus de transparence dans les discussions et à protéger les services publics et les droits des travailleurs.

Jusqu’ici, le pouvoir n’a pas réagi. Seule l’Union fédérale de l’industrie allemande, principal lobby pro-TAFTA Outre-Rhin, a considéré samedi que “ceux qui ne font que bloquer sont les grands perdants de la mondialisation”. Pour son président Ulrich Grillo, "les débats sont bons et utiles mais ils doivent être constructifs et basés sur les faits”.

Les organisateurs, eux, assurent que d’autres actions vont suivre. “C’était une étape importante, qui renforce notre mouvement, estime Ingrid Gier, porte-parole du syndicat IG-Metall, le premier d’Europe. Les politiques vont devoir en tenir compte maintenant.”

Ils encouragent maintenant les autres Européens à se mobiliser. Martin Rücker, de l’ONG de défense des consommateurs Foodwatch, appelle “à mettre la pression depuis la base, en Allemagne, mais aussi en France et dans les autres pays”.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Les citoyens allemands vent debout contre le traité Tafta

Source : Violette Bonnebas pour Reporterre

Photos : Jacob Huber / Campact

DOSSIER    Traités de libre-échange

THEMATIQUE    International
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info
17 octobre 2019
EN VIDÉO – Le 115 du particulier, une communauté autogérée d’anciens SDF
Alternative


Dans les mêmes dossiers       Traités de libre-échange



Sur les mêmes thèmes       International





Du même auteur       Violette Bonnebas (Reporterre)