La marche contre Monsanto aura lieu samedi 12

Durée de lecture : 4 minutes

10 octobre 2013 / L’équipe d’organisation Strasbourgeoise contre Monsanto

La firme multinationale Monsanto tente d’imposer les OGM au reste du monde. Alors que l’Europe risque d’accepter un traité de libre-échange avec les Etats-Unis, qui ouvrirait la porte aux OGM, une marche internationale contre Monsanto est organisée.


Le 12 octobre 2013, à l’initiative du mouvement Occupy des Etats-Unis, dans une démarche citoyenne autonome et pacifiste, est organisée la deuxième manifestation internationale simultanée contre Monsanto

Sans étiquette politique, ce rassemblement citoyen est spontané et ouvert à tous ceux qui veulent la reconnaissance du droit à un environnement sain pour tous et réclament une nourriture dépourvue de poison chimique ! Le rassemblement est prévu à Strasbourg Place Kléber à 14h. Une marche et un marché alternatif (mini-marché paysan, zone de documentations, échange de graines, exposition photos) animeront l’après-midi.

Cet été, le Conseil d’État a annulé l’interdiction de cultiver en France le maïs transgénique MON810 et les négociations entre les Etats-Unis et l’Union européenne sur l’accord de libre-échange se sont ouvertes lundi 8 juillet et devraient aboutir en 2015. Parmi les sujets évoqués : l’agriculture. Les Etats-Unis sont pressés de nous vendre leur viande aux hormones, poulet au chlore et OGM

Au même moment les Etats-Unis ont bouclé un accord similaire avec leurs voisins du Pacifique, le PTP (l’Accord de Partenariat Transpacifique). Ces négociations ont été menées par Islam Siddiqui, principal négociateur dans le domaine de l’agriculture pour les États-Unis, qui n’est d’autre que l’ancien vice-président de CropLife America, le principal organe de lobbying des entreprises de biotechnologie dont Monsanto est l’un des leaders.

Monsanto est une entreprise spécialisée dans les biotechnologies végétales, dont le siège est situé à Saint-Louis (États-Unis). Elle a été fondée en 1901 par John Francis Queeny. Originellement productrice de produits chimiques, son nom est associé aux dioxines, à l’aspartame, aux PCB et à l’agent orange massivement utilisé par l’armée américaine lors de la guerre du Vietnam. En 1974, Monsanto commercialise la molécule connue sous le nom de glyphosate, l’ingrédient actif de l’herbicide Roundup. Producteur de l’hormone de croissance bovine rBGH (recombinant Bovine Growth Hormone) interdite en Europe, au Canada et au Japon, Monsanto est également un des principaux producteurs de semences génétiquement modifiées (soja, maïs, coton, colza).

Ces semences brevetés sont modifiées pour résister à la pulvérisation de l’herbicide Roundup ou secrètent 24h/24 un ou plusieurs insecticides. Ces plantes accumulent en grande quantité dans leurs tissus, l’herbicide et les insecticides sécrétés, qui seront in fine ingérés par les consommateurs.

Accusée de lobbying intensif auprès des organismes certificateurs* et de publicité mensongère**, aux Etats-Unis, Monsanto n’hésite pas à faire des procès aux agriculteurs dont les champs ont été contaminés par les semences OGM (via le vent, les pollinisateurs, ou les transports). Partout les paysans se font écraser au profit de l’agro-industrie, la biodiversité potagère est éliminée, les ventes de pesticides explosent, le prix des céréales flambe.

Notons que tous les produits préalablement cités ont faits l’objet de scandales sanitaires ou de controverses scientifiques. A chaque fois, afin de commercialiser ses produits, Monsanto affirmait qu’ils étaient sans danger pour l’environnement et la santé humaine.

Nous citoyens, ne faisons plus confiance à Monsanto et aux organismes soudoyés par cette entreprise.

Nous, citoyens, avec le soutien de : la Confédération Paysanne Alsace, Kokopelli, les Amis de la Confédération Paysanne Alsace, le groupe local de Greenpeace à Strasbourg, les Indignés de Strasbourg, appelons tous ceux qui nous soutiennent à se joindre au mouvement.

Nous demandons aux représentants du peuple français, ainsi qu’aux responsables européens de :

- Rendre obligatoire, par devoir d’information, un étiquetage des produits issus d’OGM au niveau européen.

- Débloquer des crédits de recherche pour étudier les conséquences à long terme d’une alimentation OGM sur la santé publique.

- Réévaluer les molécules de synthèse commercialisée par l’agrochimie (Syngenta, Pioneer, BASF, Bayer, Dow Chemical, Monsanto…) Prendre en compte toutes les études indépendantes et non les études financées par ces firmes dont la crédibilité est sévèrement remise en cause.

- Procéder à une mise en jour des études sur les liens entre l’exposition chronique aux produits chimiques agricoles (désherbants, fongicides, insecticides, fertilisants...) et l’augmentation des cancers et des problèmes d’infertilité.

- Autoriser la culture et le commerce des semences anciennes non inscrite au catalogue officiel.

- Ouvrir un grand débat national sur les orientations responsables et soutenables de l’agriculture de demain, pour préparer et mettre en œuvre LA Transition Ecologique.


Les événements Marche anti Monsanto en France :

→ Strasbourg : https://www.fb.com/events/376235485831488/
→ Paris : https://www.fb.com/events/399117380197537/
→ Brest : https://www.fb.com/events/390806834374236/
→ Marseille : https://www.fb.com/events/1410030789208915/
→ La Réunion : https://www.fb.com/events/163342313862303/

et partout dans le monde :
- Marche contre Monsanto


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Bruno Dalpra

Image : Christo Miche (courriel à Reporterre). Christo Miche conseille la page Facebook Non aux OGM.

Lire aussi : Les anti-OGM ont visité l’usine de Monsanto.

24 septembre 2019
La PMA, un débat toujours en gestation chez les écolos
Enquête
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
24 septembre 2019
A Bure, les travaux accélèrent ? Battons nous contre la poubelle nucléaire
Tribune