La ministre de l’Ecologie n’a pas le temps de voir les journalistes de l’écologie

Durée de lecture : 2 minutes

13 novembre 2012 / JNE (Journalistes-écrivains pour la nature et l’écologie)


En poste depuis 5 mois, Delphine Batho est aux prises avec un agenda surchargé :

• conférence environnementale,

• aide à la rédaction du plan de soutien à l’automobile,

• refonte des tarifs de l’électricité,

• défense du budget de son ministère,

• participation au sommet d’Hyderabad sur la biodiversité,

• gestion du dossier des gaz de schiste,

• réflexion sur la fiscalité environnementale,

• contrôle du plan de compensation des zones artificialisées par le chantier de l’aéroport de Notre-
Dame-des-Landes,

• saisine de l’Anses suite à la publication de l’étude Séralini sur le maïs OGM,

• rédaction du plan de soutien au photovoltaïque,

• préparation des appels d’offres éolien offshore et hydrolien,

• suivi de la nouvelle politique des parcs nationaux, de la cohabitation avec les grands prédateurs,
de la stratégie nationale pour la biodiversité,

• suivi des stress tests des centrales nucléaires,

• participation au sommet de Doha sur le climat,

• mesures pour limiter les algues vertes,

• lancement du débat national sur la transition énergétique,

• limogeage de la CGDD,

• reconquête de la qualité de l’air.

Un sacré programme.

Programme sur lequel les 300 journalistes spécialisés, membres de l’Association des journalistes de
l’environnement (AJE), de l’Association des journalistes-écrivains pour la nature et l’écologie (JNE) et de
l’association des journalistes de l’énergie (AJDE) aimeraient interroger la ministre de l’écologie et du
développement durable.

Un souhait qu’il faut, pour le moment, classer dans la rubrique des voeux pieux.
Car, malgré de très nombreuses demandes formulées, depuis trois mois, à son cabinet, Delphine Batho ne
daigne pas répondre à la presse spécialisée. L’agenda surchargé, sans doute.

A moins que ça ne soit une
nouvelle conception du dialogue entre les politiques et les journalistes, faite de communiqués et de
relations particulières avec quelques médias choisis.

Et puisqu’il est question d’agenda, Delphine Batho est probablement la seule ministre du gouvernement
Ayrault à ne pas publier le sien. Par souci de discrétion ?



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre de JNE

Lire aussi : Batho patauge sur Notre Dame des Landes

3 juillet 2019
Ceta, Mercosur : les accords de libre-échange donnent le pouvoir aux multinationales
Info
27 juillet 2019
Les rendez-vous festifs, écolos et militants du mois d’août
Info
27 juillet 2019
Voiture reine, magasins à perte de vue... Bienvenue à la zone commerciale géante de Plan-de-Campagne
Reportage