La « mobilité du futur », un enjeu de civilisation

Durée de lecture : 1 minute

5 septembre 2018 / Laurent Kestel

Dans « En marche forcée », Laurent Kestel chronique la libéralisation des transports et s’interroge sur ce qui se cache derrière le mantra de la « réforme », notamment comme conséquences sociales.

  • Présentation du livre par son éditeur :

La libéralisation des transports, inscrite dans les textes fondateurs de l’Union européenne, est patiemment orchestrée en France depuis plusieurs décennies. L’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs programmée récemment en constitue une étape décisive. Ce profond bouleversement est engagé « en marche forcée » par Emmanuel Macron dans l’un des derniers bastions du service public à la française.

« Réformer » la SNCF au nom d’une supposée « amélioration de la qualité de service » que la concurrence viendrait apporter : ce mantra répété à l’envi dans les médias participe de l’économie du « nouveau monde » que les élites politiques s’attachent à incarner en faveur de la « mobilité du futur ».

Mais que se joue-t-il réellement derrière ce vocable aseptisé ? Que révèle-t-il des dernières transformations du capitalisme et que porte-t-il comme conséquences sociales ? Défendre le service public du rail ne revient-il pas encore à défendre une civilisation construite autour des droits sociaux et des valeurs d’égalité ?




Lire aussi : Les trains du quotidien en France, la grande enquête de Reporterre
22 février 2020
Le changement climatique fragilise de plus en plus les infrastructures de transport
Tribune
24 février 2020
Dans certaines cantines scolaires, la malbouffe fait son œuvre
Tribune
22 février 2020
La fermeture de Fessenheim résulte de cinquante ans de lutte antinucléaire
Entretien