La « mobilité du futur », un enjeu de civilisation

Durée de lecture : 1 minute

5 septembre 2018 / Laurent Kestel

Dans « En marche forcée », Laurent Kestel chronique la libéralisation des transports et s’interroge sur ce qui se cache derrière le mantra de la « réforme », notamment comme conséquences sociales.

  • Présentation du livre par son éditeur :

La libéralisation des transports, inscrite dans les textes fondateurs de l’Union européenne, est patiemment orchestrée en France depuis plusieurs décennies. L’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs programmée récemment en constitue une étape décisive. Ce profond bouleversement est engagé « en marche forcée » par Emmanuel Macron dans l’un des derniers bastions du service public à la française.

« Réformer » la SNCF au nom d’une supposée « amélioration de la qualité de service » que la concurrence viendrait apporter : ce mantra répété à l’envi dans les médias participe de l’économie du « nouveau monde » que les élites politiques s’attachent à incarner en faveur de la « mobilité du futur ».

Mais que se joue-t-il réellement derrière ce vocable aseptisé ? Que révèle-t-il des dernières transformations du capitalisme et que porte-t-il comme conséquences sociales ? Défendre le service public du rail ne revient-il pas encore à défendre une civilisation construite autour des droits sociaux et des valeurs d’égalité ?




Lire aussi : Les trains du quotidien en France, la grande enquête de Reporterre
18 novembre 2019
Ecolo et anarchiste, une réponse à l’effondrement
16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien
18 novembre 2019
À la convention citoyenne pour le climat, les participants débattent aussi de la justice sociale