Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

La plus grande pharmacie mutualiste de France menacée

A Maubeuge et à Tourcoing, une grande pharmacie mutualiste aide les plus pauvres à avoir accès aux soins. Elle est menacée de fermeture par les administrations.

L’Union de Gestion des Oeuvres Sanitaires et Sociales (UGOSS) gère depuis 1928 deux pharmacies mutualistes à Maubeuge et à Tourcoing ainsi que plusieurs centres optiques, un centre dentaire et deux centres d’appareillage médical et d’audio-prothésie dans la région de l’Avesnois.

La pharmacie de Maubeuge possède un service de livraison de médicaments à domicile très utile pour les personnes âgées ou affaiblies, particulièrement dans les zones rurales. Cette union de mutuelles fait travailler 114 salariés. Elle a subi de plein fouet la politique des franchises sur les soins et a dû l’an dernier procéder à 38 licenciements. Elle va encore licencier cette année une dizaine de personnes.

La situation financière de l’UGOSS a cependant été rétablie puisque 1,5 millions de titres participatifs ont été souscrits afin de rétablir ses fonds propres.

Le conseil d’administration de l’Union et sa direction ont mis en place des partenariats avec plusieurs mutuelles afin de développer son activité. Celle-ci s’améliore et la situation financière également, les banques y interviennent normalement, toutes les factures fournisseurs sont payées en temps et en heure, il n’existe aucune dette sociale ou salariale.

Pourtant les services de l’ACAM (Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles) menacent l’UGOSS d’une mise sous administration provisoire après avoir poussé le président du Tribunal de Grande d’Instance d’Avesnes à déclencher une procédure de redressement judiciaire alors que le commissaire aux comptes avait levé son alerte lors d’un conseil d’administration le 2 avril. L’ACAM dans son rapport de contrôle daté du 2 avril a ignoré les décisions prise par le conseil d’administration de l’UGOSS du 2 avril destinées à assurer sa pérennité. La commission spécialisée de l’Autorité de l’ACAM du 8 avril a suivi les impressions de ses contrôleurs et justifient ses menaces sur des éléments subjectifs ou réglés.

Les dirigeants de l’UGOSS doivent être entendu par l’ACAM le 30 avril et par le Tribunal de Grande Instance le 5 mai.

La mise sous administration provisoire par l’ACAM mettrait l’UGOSS dans une situation difficile et mettrait en péril ses emplois dans un bassin déjà fortement touché par le chômage.

Comment l’ACAM peut-elle, dans cette période où toutes les entreprises rencontrent des difficultés de crédit et de perspective, menacer de la sorte une entreprise de l’économie sociale ayant trouvé sans l’aide de l’Etat les moyens d’assurer sa pérennité ?
Comment l’ACAM et le gouvernement pourront ils justifier la casse sociale que produirait la mise sous tutelle de cette union de mutuelles avesnoise ?

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende