Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

La police de plus en plus violente durant les manifestations

Les intimidations et les brutalités pratiquées par les forces de police envers les personnes se multiplient de façon alarmante lors des manifestations.

· Ainsi, le jeudi 19 mars, à Toulouse, le fils d’un camarade a été grièvement blessé par un tir de flash-ball. A Paris, des agents tentent d’intimider une camarade en tête du cortège SNCS en la menaçant de garde à vue et d’amende à cause « des propos injurieux à l’encontre du Président de la République » tenus dans la manifestation.

· Le jeudi 26 mars, une de nos camarades a été violemment brutalisée par des policiers en civil devant le CNRS au moment où des personnels venaient soutenir les occupants du siège.

· Le vendredi 27 mars, à Orléans, un étudiant participant à l’occupation du rectorat a été blessé par des policiers, puis arrêté et menotté, lors de l’évacuation. Il est cité à comparaître devant le tribunal le 9 septembre pour « rébellion ».

Des faits similaires se produisent de plus en plus souvent dans des lieux publics (gares, parcours de manifestation...) et dans les établissements d’enseignement (du primaire à l’université). Ces pratiques sont inadmissibles dans une société démocratique. Elles remettent en cause le droit de manifestation dans notre pays.

Le SNCS-FSU appelle les syndiqués à participer aux comités de soutien des personnes brutalisées par les forces de police, à faire circuler des pétitions de soutien, à envoyer des lettres aux élus.

Il demande au Gouvernement le respect des citoyens dans leur droit à manifester.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende