La police échoue à empêcher une manifestation anti-Sarkozy

Durée de lecture : 2 minutes

14 avril 2012 / Bizi !



La police tente d’empêcher l’opération Dégage Sarkozy ce samedi 14 avril à Bayonne. Mais la foule rapidement rassemblée sur les lieux empêche l’arrestation des militants de Bizi et provoque le départ de la police


Ce samedi 14 avril à partir de 11H00, un décor géant réalisé par Bizi s’est déplacé à travers tout le centre ville de Bayonne, où affluaient des milliers de supporters à l’occasion du Derby Aviron Bayonnais / Biarritz Olympique. Il mettait en scène une personne éjectant le Président des riches et de « L’environnement ça commence à bien faire » des rues bayonnaises, le tout décoré du slogan «  Dégage Sarkozy, milesker Baiona ! ».

Des centaines de supporters ont ainsi pu se faire prendre en photo en train de botter les fesses d’un Nicolas Sarkozy s’envolant dans les airs.

A midi et quart, quatre véhicules de police et près d’une vingtaine de policiers sont arrivés sur les lieux et ont commencer à tenter d’arrêter certains des militants de Bizi, et à en contrôler d’autres. La vingtaine de membres de Bizi présents ont refusé de démonter le panneau litigieux arguant de leur droit de mener campagne à l’occasion de cette présidentielle 2012, et ont refusé de présenter leurs papiers d’identité. Les officiers de police - dont plusieurs faisaient partie de l’escorte rapprochée de Nicolas Sarkozy lors de son désastreux voyage à Bayonne le 1er mars dernier- ont affirmé aux militants qu’ils tombaient sous le coup d’un délit d’ « Offense au Chef de l’Etat », les menaçant de suites judiciaires.

Alors que la police avait enfermé un des militants arrêtés dans un des fourgons et s’apprêtaient à l’embarquer au commissariat, une foule compacte a rapidement entouré les policiers et des gens se sont mêmes interposés devant le fourgon en question, l’empêchant de démarrer.

Après de longs moments où la tension étaient de plus en plus palpable, et où la foule criait aux policiers « Liberté d’expression ! Démocratie ! » et « Libérez notre camarade ! », la police a libéré le militant arrêté et est repartie comme elle était venue, laissant le panneau en place et l’opération « Dégage Sarkozy » continuer à se dérouler jusqu’à 15H00 comme initialement prévu.

Un nouveau rendez-vous de la campagne « Dégage Sarkozy Milesker Baiona ! » est fixé au samedi 21 avril à 11H00 devant les Halles de Bayonne.
Une manifestation sur le même thème est également convoquée le mardi 1er mai à 11H00 à Bayonne et un grand pot de départ à Nicolas Sarkozy est annoncé le dimanche 6 mai dés 18H00 dans le Petit Bayonne (le village qui résiste encore et toujours à ceux qui traite ses habitants de voyous et de terroristes...).



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Communiqué de presse de Bizi

Lire aussi : Contre Sarkozy, Bizi ne lâche pas l’affaire

9 mai 2020
Appel des soignants : la plus grande menace sur notre santé est le réchauffement climatique
Tribune
23 mai 2020
« Laudato Si’ », un ferment de conversion écologique pour les chrétiens
Tribune
25 mai 2020
À pied, à vélo, en canoë… Voyager lentement pour se reconnecter au vivant
Enquête