La presse est bienvenue à Notre Dame des Landes

Durée de lecture : 1 minute

30 novembre 2012 / Acipa


Lors de la manifestation du 17 novembre dernier à Notre-Dame-des-Landes, de nombreux journalistes ont été choqués de l’accueil réservé à la presse par une partie des organisateurs sur certains lieux, aussi l’ACIPA tient à faire la mise au point suivante :

Lors des événement organisés par l’ACIPA ou la coordination, la presse est toujours la bienvenue. Des visites de presse ont d’ailleurs été régulièrement organisées et continueront à l’être ; les contacts se font dans la confiance et le respect mutuel.

Certaines personnes faisant partie de la lutte ont une attitude plus réservée vis a vis des médias mais aussi des partis politiques et des photographes et vidéastes, professionnel set amateurs souhaitant rendre compte des événements (y compris d’ailleurs ceux faisant partie des associations).

Les différentes composantes de la lutte sont unies sur ce combat mais chacune avec ses propres méthodes. La position des associations par rapport aux témoignages presse est claire : la médiatisation nationale du combat est absolument nécessaire à son succès, la mise en lumière du projet d’aéroport étant indispensable à la prise de conscience du grand public de son aberration.

L’ACIPA invite la presse à venir couvrir son assemblée générale qui se tiendra le vendredi 30 novembre 2012 à 20h salle Cassiopée à Notre-Dame-des-Landes.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre de l’Acipa

Consulter par ailleurs : Une journaliste alternative empêchée de filmer

14 octobre 2019
À Londres, Extinction Rebellion a paralysé un aéroport
Reportage
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
15 octobre 2019
L’étrange victoire d’Extinction Rebellion
Édito




Du même auteur       Acipa