La vie sur les routes : le monde est son jardin

Durée de lecture : 4 minutes

2 septembre 2014 / Sonia (Lutopik)

A 32 ans, David a presque quinze ans de vie sur les routes derrière lui. Il a choisi de vivre autrement, avec le voyage et la liberté comme moteur, à l’encontre du gaspillage et du tout-consommable de nos sociétés modernes. Rencontre avec un homme qui a le monde pour jardin.


A 32 ans, David a presque 15 ans de vie sur les routes derrière lui. Cueillettes, manutention, restauration, il a exercé des dizaines de métiers un peu partout dans le monde. « Cette vie de traveler, c’est ce qu’il y a de plus beau mais aussi de plus dur », estime-t-il.

A 18 ans, son bac en poche, David choisit le voyage comme mode de vie. « Pour marcher sur mes mots », comme il dit, « être en adéquation avec ce que je pense » : une vie dépouillée du superflu, plus en lien avec la nature, où le système D est synonyme d’autonomie et la musique partie intégrante du voyage.

« On avait le plus petit appart’ du monde, mais le plus grand jardin »

De festivals en travaux saisonniers, il commence par parcourir la France en voiture, avec l’envie « d’aller voir ailleurs commence ça se passe, de vivre autrement ». Rapidement, il acquiert une vieille caravane dans laquelle il embarque sa chienne, « sa compagne de route des débuts » et il enchaîne les saisons : restauration l’hiver dans les Alpes, fraises au Danemark l’été, etc.

S’il vit en itinérant, il ne se considère pas nomade. « Quelqu’un m’a dit un jour, et il avait raison, que je ne suis pas nomade. Je suis libre. Le nomade, il est là où il est. Il compose avec ce qu’il y a sur le lieu. Le traveler, le saisonnier, il aime partir, mais il aime aussi revenir ».

Pendant six ans, il voyage de travail en travail, enchaîne les saisons avec seulement un mois et demi de coupure entre l’été et l’hiver. Il troque sa caravane contre un camion et transmet son virus du voyage à ses deux frères, qui l’un après l’autre deviendront propriétaires de ce camion lorsqu’il en changera.

Puis « avec la mère de mon fils, j’ai pris conscience que je travaillais tout le temps ». Il lève le pied, et tous les deux s’accordent trois ans de vacances, toujours sur les routes : Espagne, Maroc, Réunion, Norvège, ils vont jusqu’au cercle polaire. « On avait le plus petit appart’ du monde, mais le plus grand jardin ».

La vie sur les routes est intense. « Chaque jour est différent. Dès que tu arrives sur un endroit il faut trouver comment faire pour se procurer les choses, c’est un éternel recommencement, même s’il y a une gymnastique qui se fait vite. Vivre avec pas grand-chose, faire de la récup’, ça devient automatique ».

Le voyage aiguise la conscience, à commencer par celle du gaspillage de nos sociétés modernes du tout-jetable. Il met en lumière l’importance des échanges de savoir-faire, d’expériences. Réparer un moteur, trouver de l’eau, cuisiner ce qu’on trouve, il faut pouvoir tout faire pour poursuivre la route.

Voyage en famille

En 2009, la famille s’agrandit avec l’arrivée de Tao. Le petit garçon naît en hiver, et pour éviter qu’il ne passe ses premiers mois dans le camion parfois froid, David et Kro fabriquent une yourte qu’ils installent sur un terrain appartenant à leur famille. Ils l’habiteront six mois avant de repartir sur le bitume, alternant saisons et voyages.

Mais à trois, plus deux chiens et deux chats, dans le camion de 15 m2, « c’est difficile ». Et la naissance de Tao soulève de nouvelles questions : « Il faut penser à son éducation sociale, au besoin d’avoir un lieu où construire des souvenirs ». La séparation du couple marque l’entrée dans une phase difficile. « Je comparais l’intérêt du voyage et celui de rester sur place ». Pour voir Tao régulièrement, qui vit dans le sud de la France avec sa mère, David raccourcit les voyages, envisage de se poser. « Mais quand tu es sur les routes depuis quelques années, ce n’est pas facile de s’arrêter. Il faut trouver l’endroit, les gens ».

Aujourd’hui, il est provisoirement installé sur un terrain qu’il partage avec deux amies, sur lequel il a posé son camion. Le voyage a pour lui un peu changé de sens. « Le voyage, ce n’est pas forcément se déplacer, c’est découvrir. Ca peut se vivre dans la famille, autour d’un projet, etc. Le voyage est peut être juste devant moi ». Son idéal aujourd’hui : « Vivre en famille, en étant gardien d’une parcelle de terre tout en continuant à voyager avec des projets, quelque chose à apporter ». Malgré les moments difficile, voyager, « c’est la plus belle chose qui me soit arrivée », estime David.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Article transmis amicalement par la revue Lutopik.

Lire aussi : Le théâtre écolo qui se promène dans les campagnes

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
15 octobre 2019
Lubrizol : des analyses rassurantes, mais insuffisantes
Enquête
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête




Du même auteur       Sonia (Lutopik)