Le théâtre écolo qui se promène dans les campagnes

Durée de lecture : 3 minutes

24 juin 2014 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Une compagnie de théâtre se rend de village en village pour amener la culture dans les campagnes. Sous leur yourte, baptisée « Polka », ces saltimbanques du XIXe siècle proposent des spectacles et des ateliers autour du développement durable.


« Viens voir les comédiens, les magiciens, les musiciens ! » Depuis quelques mois, les petits villages normands du Pays de Bray voient déambuler une curieuse troupe. Après Neufchatel, Londinières et Hodeng-Hodenger, la compagnie ça s’peut pas démonte sa yourte à Buchy. « Le théâtre itinérant permet d’aller à la rencontre des gens en milieu rural », explique Mélanie Cellier, directrice artistique et comédienne.

Amener la culture en milieu rural

« Il y a un manque de dynamique au niveau culturel ici », précise Angélique Dréan, chargée de diffusion. Les deux grandes villes, Rouen et Le Havre, se situent à plus de quarante-cinq minutes de voiture. Assister à un spectacle reste donc une activité plus qu’occasionnelle.

Afin de « rendre la culture accessible à tous », la compagnie joue ainsi les troubadours nomades. « Beaucoup d’enfants viennent au théâtre pour la première fois sous la yourte », raconte Mélanie Cellier.

La yourte s’installe pendant une semaine dans la commune. Elle abrite des spectacles, mais aussi des ateliers, des projections et des débats. « C’est une vraie animation pour les habitants, insiste la comédienne. Nous ne voulions pas que nos pièces ne soient qu’un produit à consommer, alors on prend le temps pour avoir des échanges et créer du lien. »

Le petit chapiteau se veut aussi un « lieu relais ». « Les activités sont proposées en collaboration avec des associations locales. » Fabrication de marionnettes en produits recyclés, création d’un jardin pour aborder la biodiversité... tous les ateliers ont en outre un point commun : sensibiliser à l’environnement.

Sensibiliser à l’environnement en s’amusant

Le développement durable est au cœur du projet de la compagnie. « Dès la création de la troupe en 2004, nous avons créé une pièce pour les enfants autour de l’eau », raconte Angélique Dréan. Eaudyssée raconte le voyage initiatique d’une fillette de dix ans. Grâce à un scientifique farfelu, elle découvre le cycle de l’eau et la rareté de la ressource dans certains endroits du globe. A la fin du spectacle, convaincue de la nécessité de ne pas gaspiller, elle décide de ne plus se laver !

« Je ne veux pas être moralisatrice, prévient Mélanie Cellier. L’objectif est de faire rire et de faire rêver les enfants. » Car la compagnie s’adresse principalement au jeune public. « Avec eux, on prépare l’avenir de la planète. »

A l’issue des pièces, comédiens et jeunes échangent autour d’un des thèmes présentés. Garbage land aborde la question du tri des déchets, tandis que Les Exp’air parlent de pollution de l’atmosphère.

Malgré des retours positifs de la part des écoles, les quinze intermittents de la Compagnie peinent pour le moment à trouver des communes prêtes à les accueillir et à remplir leur salle éphémère de cent places. Pourtant, après avoir écumé le Pays de Bray, les comédiens espèrent bien poser leur tente mongole dans d’autres campagnes de France.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos : Yourte Polka

Lire aussi : Le merveilleux théâtre qui rend l’écologie populaire


Cet article a été rédigé par une journaliste professionnelle et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :

THEMATIQUE    Culture et idées
18 novembre 2019
À la convention citoyenne pour le climat, les participants débattent aussi de la justice sociale
18 novembre 2019
Ecolo et anarchiste, une réponse à l’effondrement
16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police


Sur les mêmes thèmes       Culture et idées





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)