La ville d’Arcachon distribue des vélos‏ aux habitants

Durée de lecture : 2 minutes

11 avril 2013 / CarFree

Faut-il donner des vélos aux gens pour limiter le nombre de voitures en ville ? C’est ce que pense la mairie d’Arcachon (11 000 habitants), qui a distribué gratuitement 300 vélos fin janvier et qui prévoit d’en distribuer au total 3 000.


On connaissait le Vélo en Libre Service (VLS) comme Vélo-v ou Vélib’, voici le VDM (Vélo Donné par la Mairie), un concept nouveau développé à Arcachon. Le maire de la ville souhaite que le vélo devienne « un moyen de transport et plus seulement un loisir ».

Pour y parvenir, la ville a développé une quinzaine de kilomètres de pistes cyclables et souhaité mettre en place un système de vélos en libre service. Après avoir réalisé un devis auprès de deux sociétés, il apparaissait que la mise en place d’un système de vélos en libre-service type Vélib’ à l’échelle de la ville coûterait pas loin de 800.000 euros par an, beaucoup trop cher pour les finances de la ville.

La mairie a alors décidé de mettre en place un système de don de vélos, pour environ 400.000 euros, soit deux fois moins cher. Pour cette somme, la ville peut offrir à 3.000 de ses concitoyens un vélo d’une valeur de 137 euros (le modèle Cambridge de la société française Arcade Cycles).

Les conditions pour recevoir un vélo gratuit ? En faire la demande, présenter un justificatif de taxe d’habitation et un certificat médical d’aptitude, puis signer une charte de bonne conduite – où l’on s’engage notamment à ne pas revendre le vélo.

Apparemment, fin janvier déjà 1 600 Arcachonais se sont portés candidats à l’obtention de l’un de ces vélos. La distribution va donc se poursuivre dans les semaines qui viennent.

Alors, bonne ou mauvaise idée ? Sur le plan local, la mesure mise en place par le maire UMP n’a pas fait que des partisans et les débats semblent avoir été houleux au Conseil municipal. Dans l’opposition, certains pensent qu’il aurait fallu mettre en place des critères sociaux, au lieu de distribuer indifféremment des vélos aux gens qui en veulent.

D’autres élus parlent de « démagogie » , de « coût élevé en période de crise » ou semblent dire qu’il aurait été préférable de sécuriser les pistes cyclables et de développer « les parkings à vélo insuffisants ».

Plus étrange, la position de l’élu Vert local : « Je vote contre même si j’encourage la pratique du vélo. » En outre, le même élu Vert dit carrément qu’il aurait préféré qu’on développe l’autopartage !

Un Vert qui préfère développer l’autopartage plutôt que donner des vélos aux gens ? Voilà au moins une mesure qui ne laisse pas indifférent…



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : CarFree

Lire aussi : Strasbourg va créer un périphérique réservé aux vélos

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative




Du même auteur       CarFree