La zone humide, maillon discret mais essentiel des cycles de l’eau et du vivant

2 février 2018 / Boris Claret et Isabelle Dario


  • Présentation du film par ses réalisateurs :

Un récent inventaire départemental a révélé la rareté et la fragilité des dernières zones humides du Tarn-et-Garonne. Ces 1 % du territoire ont échappé à plus d’un siècle de drainage et de comblement, simplifiant à outrance les fonctionnalités des paysages. Le film Zones Humides, un présent retrouvé retrace la mobilisation, sur une année hydrologique complète (2016-2017), de tout un réseau d’acteurs de terrain, techniciens de rivière, agriculteurs, chasseurs, botanistes, écologues, élus et propriétaires. Ensemble, ils engagent des coopérations pour redécouvrir, valoriser, restaurer et partager ce cadeau oublié qu’offrent les multiples fonctionnalités des zones humides. Dans le contexte actuel de fortes pressions sur la ressource en eau et sur la biodiversité, ce regain d’intérêt pour ce maillon discret mais essentiel des cycles de l’eau et de ceux du vivant est de bonne augure.

« Dans le contexte actuel, les questions environnementale portent, souvent encore, une dimension culpabilisante et clivante induisant une relation punitive au sujet. La thématique des zones humides, bien que “sensible”, offre pourtant de nombreuses facettes qui nous autorisent une exploration positive, passionnante et porteuse de perspectives partageables. Dans ce film, il ne s’agit pas pour autant d’occulter une réalité, par certains aspects, préoccupante, mais bien de mettre en avant les dynamiques réelles et positives que nous avons rencontrées et qui traversent, sur ce territoire, les relations de l’homme à ces milieux. »

« S’il s’agit de protéger, on protège ce que l’on apprécie et on apprécie ce que l’on connaît... »






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Cinq questions, cinq réponses, pour comprendre les zones humides
22 février 2018
La fibre de cannabis, voie d’avenir du Rif marocain
Tribune
8 février 2018
Par grand froid, les margoulins de la rénovation énergétique se frottent les mains
Info
23 février 2018
EXCLUSIF - À Bure, dans un arbre du bois Lejuc, que les militants ré-occupent
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre