Laissons le pétrole sous terre

Durée de lecture : 1 minute

19 octobre 2012 / par Villalard




À travers l’initiative Yasuní-ITT, l’Équateur s’engage à ne pas exploiter une partie de son pétrole, refusant une manne financière dont il a pourtant besoin pour son développement.

Préservation de l’environnement, maintien de la biodiversité, respect des peuples indigènes, énergies renouvelables, alternative au développement fondée sur le « bien vivre » et éradication de la pauvreté sont les fers de lance de sa politique. Il fait ainsi une proposition concrète au monde pour une société postpétrolière.

Au plan international, émerge un nouveau modèle de développement : il n’est plus question de dette économique des pays du Sud envers les pays du Nord mais de dette écologique des pays du Nord envers les pays du Sud.

Ce livre vous propose de découvrir ce petit pays des Andes et d’Amazonie, qui fait souvent figure d’irréductible, à travers une initiative qui devrait marquer l’histoire politique contemporaine tant elle répond aux questions que tout citoyen se pose concernant l’avenir écologique de la planète, mais aussi l’héritage que nos générations laisseront à celles qui leur succéderont.

.....................................................................

Laissons le pétrole sous terre ! L’initiative Yasuní-ITT en Équateur, de Matthieu Le Quang, aux éditions Omniscience, Paris, septembre 2012, 256 pages, 17,90 euros.

Matthieu Le Quang est enseignant chercheur en science politique à l’Institut des hautes études nationales de Quito en Équateur. C’est un spécialiste de la politique équatorienne, notamment de l’intitiative Yasuní-ITT.






Source : Mémoire des luttes

Consulter par ailleurs : La Bibliothèque de Reporterre

26 septembre 2020
La France lance un chalutier géant « fossoyeur des mers »
Reportage
28 septembre 2020
« Le Covid ne doit pas étouffer nos luttes » : à Paris, des activistes écolos ont occupé une place
Reportage
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage


Du même auteur       Villalard