Lancement d’une bière anti-aéroport de Notre Dame des Landes

Durée de lecture : 2 minutes

22 décembre 2012 / Confédération paysanne des Côtes d’Armor


Salut à toutes et tous !

Certain-e-s d’entre vous ont probablement eu écho de la sortie par
Coreff
(brasserie du Centre-Bretagne) d’une bière artisanale blonde et bio,
baptisée « Aéroport Nann ! »,
en soutien aux opposants au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

Voici les infos pratiques pour les structures qui
souhaiteraient passer commande.

La bouteille de 33 cl est au prix de 2€, dont 1€ au profit de l’Acipa
(pas de bénéfice pour la Conf’).

Au cas où cette initiative serait victime de son succès, en cette
période de rush, soyons efficaces pour les commandes !

Si les bouteilles sont conditionnées par carton de 12, les livraisons ne
pourront s’effectuer que par palette entière, soit 1 080 bouteilles
(il n’y a pas de frais de port).

Pour les commandes groupées, charge à vous de vous organiser à l’échelon
départemental, régional... pour qu’il y ait un seul point de livraison
(délai maxi d’une semaine pour les livraisons).

Les commandes sont à adresser par mail à la Confédération paysanne 22,
avec un intitulé clair (COMMANDES DE BIERES - NDDL) à l’adresse suivante : 22@confederationpaysanne.fr, en précisant :

1. le nombre de palettes (par tranche de 1.080 !)
2. le lieu de livraison (adresse complète)

En retour, nous vous enverrons un accusé de réception de la commande.
Commande qui ne sera définitive qu’à réception du paiement.

Charge à vous d’envoyer dans la foulée (car c’est la CP22 qui sera
facturée par Coreff !) votre règlement à la CP22 (en deux chèques) :

1.080 Euros à l’ordre de la CP22
1.080 Euros à l’ordre de l’Acipa

à l’adresse suivante :

Confédération paysanne 22
Espace syndical
93 boulevard Edouard Prigent
22000 SAINT-BRIEUC

Nous comptons sur votre discipline pour que tout se passe au mieux.
Merci et ..... Bonne continuation à toutes et tous en cette période
bien
chargée !

........................

Foire aux questions :

- Pour ce qui est des commandes ponctuelles des citoyens, on ne
peut faire autrement que passer par les structures Conf’ qui auront
passé
commande. On ne peut pas faire sinon (la CP22 n’est pas marchande de
bières, on ne va pas s’amuser à acheminer 1, 2 cartons ici et
là...!).

Départements qui ont passé commande à ce jour : les 4 départements
bretons (22, 29, 35 et 56) et la Loire-Atlantique.

- Pour ce qui est des demandes de magasins (biocoop par exemple),
comme il y aura de la TVA, il y a un seul interlocuteur dans ce
cas-là :

Mathhieu Breton (directeur de la Coreff)

Confédération paysanne des Côtes-d’Armor



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre des Désobéissants

Photo : Le Télégramme

Lire aussi : 34 000 soutiens à ceux de Notre Dame des Landes

13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale