Le Cauchemar pavillonnaire

Durée de lecture : 1 minute

13 mai 2012 / par villalard


Les zones pavillonnaires, affublées à l’occasion du joli nom de
lotissement, envahissent inexorablement les abords des villes
et des villages, selon un modèle administratif et économique
qui, indifféremment du lieu, se reproduit à l’identique. Elles
incarnent un idéal et un mode de vie fondés sur l’aliénation
désirée. L’obsession de l’hygiène et de la sécurité, le culte de la
marchandise et de la propriété privée ont remplacé les
solidarités et la culture de résistance des classes populaires.

L’expérience de la relation à autrui se réduit au désir
mimétique de posséder les mêmes signes de la réussite
individuelle. Cet univers, parfaitement structuré, enferme
l’imaginaire dans un espace étriqué, accentue le repli sur soi et
appauvrit la vie sociale. L’espace, quadrillé, découpé en plans
de circulation, repose sur une logique de flux. La notion de
« ville » –et bientôt de « campagne »– s’efface.

Désormais réduites à leur centre historique, les villes sont cernées par des
zones spécialisées : industrielles, commerciales, résidentielles,
vertes, de loisir... Les enjeux de pouvoir se sont toujours
traduits dans l’organisation de l’espace social. Tout système
politique peut être analysé au travers de son architecture. Ce
livre permet de comprendre celui dans lequel nous vivons.

.............................

Le cauchemar pavillonnaire, Jean-Luc Debry, éd. L’Echappée.




Source : L’Echappée

Consulter par ailleurs : La bibliothèque de Reporterre

12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
Reportage
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune
9 novembre 2019
L’effondrement de l’URSS et de son agriculture industrielle a été bénéfique pour le climat
Info


Du même auteur       villalard