Le Japon décide de sortir du nucléaire en 2030

Durée de lecture : 2 minutes

14 septembre 2012 / lemonde.fr et AFP




Le gouvernement japonais a annoncé, vendredi 14 septembre, l’arrêt progressif de la production nucléaire sur trente ans, dix-huit mois après l’accident de Fukushima qui a provoqué une catastrophe sans précédent dans le monde depuis Tchernobyl, il y a vingt-cinq ans.

Le Japon devient ainsi le troisième pays, après l’Allemagne et la Suisse, à faire part de son intention de stopper ses réacteurs depuis l’accident du 11 mars 2011 à Fukushima Daiichi (220 km au nord-est de Tokyo). L’énergie nucléaire représentait près de 30 % de la consommation de courant au Japon avant cette accident, consécutif à un puissant séisme et au passage d’un tsunami géant sur la région.

Elle ne compte toutefois que pour une très faible part à l’heure actuelle, seuls deux réacteurs étant actuellement en opération, dans le centre du Japon. Les autres sont arrêtés, soit à cause d’un séisme soit en raison des mesures de sécurité supplémentaires exigées par les autorités après l’accident.

« NOUVEAU PLAN ÉNERGIE »

Depuis des mois, les autorités planchent sur un « nouveau plan énergie » pour le Japon, qui a dû fortement augmenter ses importations de gaz naturel depuis l’accident pour compenser la baisse de production nucléaire. La semaine dernière, le Parti démocrate du Japon (PDJ, centre-gauche) de M. Noda a publié un programme énergétique qui devrait servir de canevas aux décisions du gouvernement.

Le PDJ a souligné que la troisième puissance économique mondiale devait « mettre toutes ses forces dans la balance pour qu’aucune centrale nucléaire ne fonctionne lors de la décennie 2030 ». Il a édicté trois principes pour y parvenir : ne plus construire de centrale nucléaire, arrêter les réacteurs existants après quarante ans d’activité et n’accepter le redémarrage des tranches suspendues qu’après des examens de sécurité menés par une autorité ad hoc.

Le programme du PDJ suggère aussi que le Japon développe davantage les énergies renouvelables, prenne des mesures d’économie d’énergie, exploite les ressources des mers entourant l’archipel et se fournisse à un prix raisonnable en GNL (gaz naturel liquéfié) et autres énergies fossiles, y compris les gaz de schiste.






Source : lemonde.fr

Lire aussi : FUKUSHIMA : les nouvelles depuis mars 2011

28 septembre 2020
À l’île Maurice, rébellion et autogestion contre la marée noire
Tribune
28 septembre 2020
« Le Covid ne doit pas étouffer nos luttes » : à Paris, des activistes écolos ont occupé une place
Reportage
28 septembre 2020
Un an après Lubrizol, les Rouennais manifestent pour la vérité
Reportage