Le Québec agité par le mouvement étudiant

4 avril 2012 / Cédric Leterme


Moins affecté que l’Europe par la crise économique et financière de 2007-2008, le Québec n’échappe pas pour autant à la vague d’austérité qui balaye les économies développées. Sur fond de scandales à répétition, le gouvernement libéral de Jean Charest impose la rigueur depuis 2009. Non sans susciter quelques réactions. En première ligne de la contestation, les étudiants dénoncent notamment l’augmentation de 75% des frais d’inscription universitaire prévue d’ici à 2017. Le 22 mars dernier, ils étaient près de 200 000 à manifester dans les rues de Montréal. Une affluence historique, qui en pousse plus d’un à rêver d’un authentique « printemps érable ».

« Éduquons le gouvernement ! », « Je pense donc je paie ! », voici quelques-uns des slogans qu’on pouvait lire sur les pancartes brandies par les étudiants québécois venus manifester leur mécontentement le 22 mars dernier, à Montréal. « Après ça, ils ne pourront pas continuer à nous ignorer », affirmait alors, confiant, un membre de la Fédération des étudiants du Québec, une des trois organisations étudiantes regroupées en front commun.

Jusqu’ici, le gouvernement a en effet privilégié le passage en force. Le Québec bénéficie des frais de scolarité les plus bas du pays (2500$ en moyenne, contre plus de 5000$ pour la moyenne nationale). Un « luxe » que Jean Charest est bien décidé à remettre en cause. Mais sa position apparait de moins en moins tenable. Plus de 80% de la population est favorable à l’ouverture de négociations entre les étudiants et le gouvernement. Par ailleurs, la grève universitaire qui touche un nombre record d’établissements ne semble pas s’essouffler. Et plusieurs syndicats étudiants ont appelé à intensifier la pression, notamment à travers des « actions de perturbation économique ». Les prochaines semaines risquent donc d’être déterminantes.

Deux visions qui s’affrontent

En attendant, le débat divise profondément une société québécoise de plus en plus confrontée à la pérennité de son modèle social. Pour le gouvernement Charest, la cause semble entendue. Des dépenses publiques et une fiscalité excessives mineraient la compétitivité du Québec. Il serait donc temps d’en finir avec certains « privilèges » et de « responsabiliser les citoyens », à commencer par les étudiants, invités à payer « leur juste part ». En face, la coalition « main rouge » (un regroupement d’organismes communautaires, étudiants, féministes, écologistes, etc.) et « l’alliance sociale » (le front commun syndical) estiment que le vrai problème tient plutôt à la redistribution de la richesse.

« Les vrais privilégiés ce sont les évadés fiscaux et les compagnies minières qui payent des redevances dérisoires » s’énervait ainsi un manifestant. Et de poursuivre, « les étudiants sont déjà surendettés. Si on augmente les frais de scolarité, c’est l’accessibilité qu’on met en péril. En bout de ligne, c’est toute la société qui en sortira perdante ».

« Individualisme » contre « solidarité », « rigueur » contre « redistribution », le débat n’est pas sans rappeler celui qui fait rage de ce côté-ci de l’Atlantique. Au Québec, alors qu’on la disait dépolitisée et nombriliste, la jeunesse a montré qu’elle comptait bien s’inviter dans la discussion. L’avenir nous dira si, ce faisant, elle aura su catalyser les demandes de changements qui se multiplient depuis quelques temps dans la « belle province  ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Metis

Lire aussi : Le gouvernement du Québec brade ses ressources minières

21 mars 2019
La loi du profit fait mourir les forêts
Tribune
8 février 2019
En secret, la France et l’Inde veulent construire la plus grande centrale nucléaire du monde
Tribune
21 mars 2019
L’État et les violences policières : « Une machine de guerre qui n’a ni remords, ni états d’âme, et où tous les coups sont permis »
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre