Le Tour de France prépare un mauvais coup écologique en Corse

Durée de lecture : 3 minutes

24 janvier 2013 / Robin des Bois

Le Tour de France veut draguer le golfe de Porto Vecchio, en Corse, pour les besoins d’une étape. Mais cela aurait un effet écologique irréparable.


Le Tour de France 2013 a l’idée géniale de partir le 29 juin de Porto-Vecchio dont la capacité hôtelière est très réduite. Le golfe de Porto-Vecchio bénéficie d’un statut protecteur. Ce bouclier juridique cherche à en protéger la fonctionnalité et à endiguer la dégradation des paysages et de la biodiversité marine.

Or, la veille de Noël 2012 a débuté une enquête publique qui s’achève. Discrète et express, elle a tenté une échappée solitaire mais elle a été rattrapée par un petit groupe de poursuivants composé de l’Association pour le libre accès aux plages et la défense du littoral de Porto-Vecchio, d’U-Levante et de Robin des Bois.

L’enquête publique, obligatoire au vu des enjeux environnementaux et financiers, vise à obtenir dans des délais très courts l’autorisation d’extraire 220.000 tonnes de sédiments marins et de les immerger à la sortie du golfe à 3 km de la côte. 15.000 tonnes de matériels rocheux devront aussi être extraits et clapés, c’est à dire immergés.

Le but initial est d’accueillir des navires de « grande taille » dans des conditions de navigabilité et de sécurité acceptables. 10 hectares de fonds marins situés en face du « port de commerce » doivent être surcreusés jusqu’à une profondeur de 8,50 mètres.

Le tirant d’eau est aujourd’hui de 5 mètres. Ces navires de « grande taille » sont dans un premier temps destinés à acheminer ou à héberger une partie de la manifestation du Tour de France estimée selon la police et les organisateurs à environ 4.500 personnes et à 2.500 véhicules motorisés.

Ce bassin de 10 hectares surcreusé serait un tonneau des Danaïdes constamment rechargé par les matières organiques charriées par l’estuaire du Stabiacciu. Si le dragage de 2013 a lieu, il faudra le répéter régulièrement au fil des années. Le cru 2013 est estimé à 9 millions d’euros.

La course contre la montre du dragage qui s’engage ne peut supporter le moindre contretemps. Enquête publique bâclée, commissaire-enquêteur dopé remettant son rapport dans des délais jamais vus, mémoire en réponse expéditif du Conseil Général de la Corse du Sud et arrêté préfectoral dans la foulée. En draguant 24/24h, 7/7j, et en empêchant de dormir les 12.000 habitants de Porto-Vecchio, les dragues aspiratrices peuvent boucler l’affaire, travaux de préparation compris en 3 mois et demi après le top départ.

Bon pour la logistique du Tour de France, à condition de prendre des risques importants pour la sécurité nautique de l’ensemble des opérations. Mauvais pour les reliques d’herbiers de zostères, de cymodocées et de posidonies, mauvais pour les poissons et les mammifères marins affolés et, pour certains, mutilés par le vacarme du déroctage. Mauvais pour les pêcheurs professionnels et pour la qualité sanitaire du golfe de Porto-Vecchio et des eaux adjacentes contaminés par les micropolluants chimiques et les polluants bactériologiques stockés dans les sédiments anciens et dispersés.

Robin des Bois, bon connaisseur en dragage, n’a jamais vu même dans les cas les plus graves une telle précipitation. Le Tour de France cycliste réussirait là l’exploit irréparable et sans précédent de détruire l’un des plus beaux golfes de la Corse.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Robin des Bois

Photo : L’Abave

Lire aussi : Le Tour de France veut bétonner la montagne

27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
14 septembre 2019
Véganes et paysans (presque) unis contre l’élevage industriel
Enquête




Du même auteur       Robin des Bois