Le chantier de l’EPR de Flamanville est encalminé

Durée de lecture : 2 minutes

19 mars 2012 / AFP



Il faudra plusieurs mois avant de pouvoir reprendre le bétonnage.


Il faudra « plusieurs mois » pour remplacer les élément défectueux du bâtiment du réacteur pressurisé européen (EPR) de Flamanville, a annoncé EDF. Cela repousse d’autant la reprise du bétonnage du bâtiment, interrompue fin février. Cependant, l’opérateur maintient « la mise en service en 2016 », a-t-il précisé.

Pendant ces mois, il faudra pour le constructeur refabriquer quarante-six « consoles », des boîtes métalliques sur lesquelles doit prendre appui le futur pont de manutention du réacteur. EDF a en effet décidé de les « remplacer en totalité » en raison de « défauts ». Le 1er mars, EDF avait déjà annoncé avoir interrompu le bétonnage en raison de défauts, dont l’ampleur et la gravité étaient en cours d’examen.

L’électricien va essayer de réorganiser le chantier pour avancer certains travaux qui devaient être effectués après la pose du dôme du réacteur, qui n’aura pas lieu à l’été, comme annoncé encore il y a quelques mois, a-t-il ajouté.

EDF a annoncé à deux reprises un report de la mise en service de l’EPR de Flamanville, qui a pris un retard de quatre ans. Le bâtiment réacteur a presque atteint sa hauteur finale. Le génie civil du chantier est terminé à 90 %, selon EDF. C’est maintenant l’électro-mécanique qui prend le relais.

Le coût de ce réacteur, lancé pour être une vitrine à l’exportation, a quasiment doublé à 6 milliard d’euros, contre 3,3 milliards en 2005. Il a été en 2011 au cœur de désaccords entre le PS et Europe Ecologie-Les Verts, ces derniers exigeant une suspension du chantier, que François Hollande n’estime pas opportune.






Source : lemonde.fr

Photo : Kenzo Tribouillard, AFP sur lexpress.fr

Lire aussi : Le chantier de l’EPR de Flamanville à l’arrêt

25 septembre 2020
Covid-19 : « Elle a bon dos, la science ! »
Entretien
26 septembre 2020
Covid : nous devenons une société d’androïdes masqués
Chronique
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage