Le chantier de l’EPR de Flamanville est encalminé

Durée de lecture : 2 minutes

19 mars 2012 / AFP

Il faudra plusieurs mois avant de pouvoir reprendre le bétonnage.


Il faudra « plusieurs mois » pour remplacer les élément défectueux du bâtiment du réacteur pressurisé européen (EPR) de Flamanville, a annoncé EDF. Cela repousse d’autant la reprise du bétonnage du bâtiment, interrompue fin février. Cependant, l’opérateur maintient « la mise en service en 2016 », a-t-il précisé.

Pendant ces mois, il faudra pour le constructeur refabriquer quarante-six « consoles », des boîtes métalliques sur lesquelles doit prendre appui le futur pont de manutention du réacteur. EDF a en effet décidé de les « remplacer en totalité » en raison de « défauts ». Le 1er mars, EDF avait déjà annoncé avoir interrompu le bétonnage en raison de défauts, dont l’ampleur et la gravité étaient en cours d’examen.

L’électricien va essayer de réorganiser le chantier pour avancer certains travaux qui devaient être effectués après la pose du dôme du réacteur, qui n’aura pas lieu à l’été, comme annoncé encore il y a quelques mois, a-t-il ajouté.

EDF a annoncé à deux reprises un report de la mise en service de l’EPR de Flamanville, qui a pris un retard de quatre ans. Le bâtiment réacteur a presque atteint sa hauteur finale. Le génie civil du chantier est terminé à 90 %, selon EDF. C’est maintenant l’électro-mécanique qui prend le relais.

Le coût de ce réacteur, lancé pour être une vitrine à l’exportation, a quasiment doublé à 6 milliard d’euros, contre 3,3 milliards en 2005. Il a été en 2011 au cœur de désaccords entre le PS et Europe Ecologie-Les Verts, ces derniers exigeant une suspension du chantier, que François Hollande n’estime pas opportune.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : lemonde.fr

Photo : Kenzo Tribouillard, AFP sur lexpress.fr

Lire aussi : Le chantier de l’EPR de Flamanville à l’arrêt

25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
20 juillet 2019
En Grèce, les low-tech au secours des migrants
Alternative
17 septembre 2019
La Durance, une rivière asséchée par les barrages et le dérèglement climatique
Enquête