Le consommateur bio est en meilleure santé que le non-bio

Durée de lecture : 3 minutes

29 octobre 2013 / Pascale Garcia (Reporterre)

Une enquête scientifique approfondie s’est intéressée aux comportements alimentaires de la population française. Il en ressort que les consommateurs de produits bio se portent mieux que les autres. Pour autant, ils ne sont pas plus riches que les autres.


Présentée comme la plus grande étude jamais lancée au monde sur Internet et sur des volontaires (500 000 à terme), Nutrinet-Santé vise à mieux comprendre les relations entre la nutrition, la santé, les comportements alimentaires. Elle est menée par l’Inserm, l’Inra (U1125) le Cnam et l’université Paris XIII. L’un de ses volets piloté par Denis Lairon de l’Inserm et portant sur 54 311 participants concerne le profil des consommateurs de produits bio en France. Ses résultats viennent d’être publiés.

Il en ressort que les produits bio sont perçus comme meilleurs pour la santé (69,9 %) et pour l’environnement (83,7 %), mais trop chers pour 51% des personnes interrogées.

L’étude révèle des « comportements types » de consommation. Chez les non-consommateurs (19 193 du panel), il y a ceux qui le sont par manque d’intérêt pour les produits bio, ceux qui les évitent et ceux qui les estiment trop chers. Les consommateurs bio réguliers (7 606 contre 27 512 occasionnels) présentent des caractéristiques sociologiques différentes : d’un niveau plus élevé d’éducation, ils sont physiquement plus actifs.

En revanche, leur niveau de revenu est comparable à celui des non-consommateurs bio (excepté pour le groupe des non-consommateurs qui invoquent un coût trop cher pour ne pas consommer les produits bio). De même, leurs choix alimentaires tendent davantage vers des produits végétaux et peu raffinés : plus de fruits, de légumes, de légumes secs, de fruits à coque (noix, amandes, noisettes), d’huiles végétales, de céréales complètes, avec moins de boissons sucrées et ou alcoolisées, de charcuteries, de lait et de fastfoods.

Côté calories, les apports moyens journaliers sont identiques. En revanche, leurs apports sont plus élevés pour les vitamines et minéraux (+10 à 20%), les acides gras oméga-3 (+20%) et les fibres (+27 %). Ils ont une moindre probabilité d’être en surpoids ou obèse.

Les effets à long terme sur l’état nutritionnel et le risque ou la protection de maladies chroniques seront suivis plus en détail durant cinq ans.

Ces résultats ne surprendront pas les acteurs de la filière, ni les consommateurs bio réguliers. L’étude n’en demeure pas moins une première. A ce jour, il en existe très peu sur le style de vie, les consommations alimentaires, les apports nutritionnels et l’état de santé des consommateurs de produits bio en France comme au plan international, malgré l’intérêt et le nombre croissant des consommateurs de produits bio.

En témoigne le salon bio Natexpo de Paris-Nord Villepinte qui vient de fermer ses portes mardi 22 octobre après trois jours de rencontres entre 600 exposants venus de France et d’ailleurs et 10 000 visiteurs professionnels (www.natexpo.com) : avec plus de 46 milliards d’euros de chiffres d’affaires le marché mondial des produits biologiques, écologiques et compléments alimentaires a presque quadruplé en 10 ans. En Europe, il s’élève à 21 milliards d’euros, dont environ 19 milliards dans la seule Union européenne, selon l’Agence française pour la promotion et le développement de l’agriculture biologique.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Pascale Garcia pour Reporterre.

Photo : Plurielles.

Ecouter aussi : L’agriculture bio est-elle l’avenir de l’agriculture ?.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

20 novembre 2019
Les plastiques sont-ils toujours toxiques pour les organismes marins ?
16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police
6 novembre 2019
Caravanes, yourtes, camions habités... Un projet de loi veut les chasser




Du même auteur       Pascale Garcia (Reporterre)