Le crowdfunding - ou financement participatif - se développe‏

Durée de lecture : 2 minutes

14 mai 2013 / Arte




Crowdfunding, vous avez dit crowdfunding ? En français, crowdfunding veut dire financement par la foule. Les créateurs des premières plateformes proposant un financement participatif de projets sur le web se sont largement inspirés des méthodes de récoltes de dons utilisées par les organisations humanitaires. Depuis cinq ans, ce système de financement s’étend à la globalité de la sphère internet. Parallèlement, des plateformes d’échange de savoirs, de compétences et d’expériences se multiplient sur la toile.

Le financement participatif : une vraie solution pour le documentaire engagé

Il est désormais parfois plus facile de se faire financer un projet via des donateurs anonymes sur le web que par une organisation dédiée à cela. Certains sites de crowdfunding permettent de préserver une partie de la création documentaire et artistique, qui a de moins en moins de droit d’antenne à la télé.

Les premières plateformes spécialisées dans le financement de projets de particuliers sont apparues en 2006 aux Etats-Unis et fin 2008 en France. Musique, littérature, cinéma, documentaire, jeux vidéos, sport, environnement, création d’entreprises, humanitaire ou social… tous les domaines sont concernés. En France, actuellement, une quarantaine de sites de crowdfunding sont répertoriés. Avec l’installation de la crise économique et financière, les projets solidaires ont tendance à se distinguer.

Les dons de base oscillent entre 10 et 50 euros. Plus rarement, certains atteignent des sommes beaucoup plus importantes. Certains sites invitent leurs plus importants donateurs à participer directement à la finalisation du projet. D’autres accordent aux internautes un accès aux outils de développement.

Quelques exemples de plateformes d’échanges citoyens et sites de crowdfunding :

Imagination for people
Sparknews
Le blog de la consommation collaborative
Kisskissbankbank
Mailforgood
Babeldoor
Shamengo
Ulule
Arizuka

Un nouveau business ?

Bon nombre de projets ont pu voir le jour grâce à l’accumulation des micro-dons des internautes. Parallèlement aux associations, mouvements et particuliers, entrepreneurs et businessmen ont également recours au financement participatif. Pour ces projets-là, les dons recueillis peuvent atteindre 500, 1000, 10 000 euros et même beaucoup plus. Cet été, le projet de réseau social App.net qui se veut une alternative avec abonnement et sans publicité à Twitter et Facebook, a ainsi dépassé les 500 000 dollars de dons.

Limites juridiques

Plus de 6 millions d’euros ont ainsi été récoltés sur les sites français depuis 2010. Une somme qui aurait pu être plus importante encore sans la décision de l’Autorité des marchés financiers qui limite à 99 le nombre de donateurs en France, contre 1 000 aux Etats-Unis.






Source : Arte

Photo : Challenges

Lire aussi : En Belgique, une banque coopérative‏ voit le jour

10 juillet 2020
En Allemagne, le militant Loïc Schneider condamné à trois ans de prison
Reportage
9 juin 2020
Malgré le Covid, la santé environnementale reste aux oubliettes
Enquête
10 juillet 2020
EPR : la Cour des comptes étrille la filière nucléaire
Info




Du même auteur       Arte