Faire un don
36638 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
46 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Le département des Deux-Sèvres veut retrouver sa souveraineté alimentaire

Durée de lecture : 4 minutes

16 avril 2014 / Eric Tariant (Reporterre)

En quelques décennies, la libéralisation des échanges commerciaux a détruit l’autonomie agricole de nos territoires. Le département des Deux-Sèvres a décidé d’enrayer ce processus en tentant de reconstruire sa souveraineté alimentaire. Mais rebâtir des filières agricoles n’est pas chose aisée.


Dans les Deux-Sèvres un quart de la population agricole a disparu des écrans de contrôle en dix ans. En France, ce sont 60 % des exploitations agricoles qui ont mis la clé sous la porte en moins de trente ans.

« Aujourd’hui, il est impossible d’alimenter les populations de nos régions sans passer par une stratégie de flux tendus de produits alimentaires de première nécessité. 90 % des régions françaises et européennes vivent sous perfusion par l’intermédiaire des supermarchés et autres structures de ventes », dit Emmanuel Bailly.

En 2005, cet ingénieur de l’environnement avait mis le doigt sur ce problème dans une étude intitulée « Vers une démarche écorégionale. Ou comment restaurer le système immunitaire des régions. »

Que faire, à l’échelle locale, pour tenter de remédier à ces incohérences ? Emmanuel Bailly propose de considérer chaque région comme un écosystème à part entière et de tâcher de reconstruire son immunité. Recruté par Eric Gautier, le président du conseil général des Deux-Sèvres, il y est depuis deux ans et demi responsable du projet Resalis.

Le but : dix millions de repas en produits locaux

Environ vingt millions de repas sont servis chaque année par les services de restauration collective des Deux-Sèvres. Mais, seuls 7 % d’entre eux sont conçus à partir de produits locaux. RésALIS vise à favoriser les circuits courts et à approvisionner la restauration collective en produits locaux.

« Notre objectif est de rapprocher l’offre de la demande de façon à nous approvisionner au plus près du lieu de consommation. Nous pouvons parvenir à servir dix millions de repas à partir de produits locaux dans les cinq à six prochaines années » explique M. Bailly.

Un portail internet permet aux responsables de restaurants collectifs de passer leurs commandes en ligne en privilégiant le périmètre d’approvisionnement immédiat. Si celles-ci ne trouvent pas satisfaction, le logiciel informatique sollicite le périmètre d’approvisionnement de proximité.

Puis, un périmètre d’alimentation éloigné, au niveau régional, national ou international si l’offre locale s’avère indisponible. Tous les produits sont ensuite centralisés en un lieu avant d’être acheminés dans les cantines collectives du département, à l’aide de petits camions réfrigérés.

Résalis réunit désormais plusieurs centaines de producteurs qui ont été sélectionnés par une commission d’habilitation. Tous les produits livrés doivent être bons, propres, et justes - rétributions et conditions de travail équitables. Un concept emprunté à Slow Food, qui sert de ligne directrice. L’utilisation de semences OGM est interdite. Et du côté des fruits et légumes, les produits doivent tous être bio.

« Sur le papier, Résalis ouvre de formidables perspectives pour le développement de l’agriculture biologique dans notre département », dit Yann Liaigre, le président du Groupement des agriculteurs biologiques des Deux-Sèvres.

Remailler le territoire

Rétablir l’immunité alimentaire du département suppose de remailler le territoire, de façon à faire renaître les structures agricoles qui ont disparu.

Du côté de la filière légumes, seize maraîchers se sont regroupés, à ce jour, dans l’association Biogâtine. Ces effectifs seraient évidemment insuffisants si toutes les cantines publiques faisaient appel à eux. Mais, c’est encore loin d’être le cas. Les responsables des cuisines, dont les habitudes de travail se trouvent bousculées, freinent des quatre fers. Et l’accès au foncier demeure problématique pour les jeunes agriculteurs.

« C’est un super projet, note Geoffrey Trouvé, jeune maraîcher et référent de Biogâtine. Mais, les quantités de légumes que l’on nous demande de livrer progressent très lentement. Il aurait peut-être fallu tester le système sur une gamme plus restreinte de produits et sur quelques collèges avant de l’étendre à tout le département ? » s’interroge-t-il, tout en restant confiant sur la réussite de l’entreprise.

Au menu de Résalis pour les prochaines années : préemptions et achats de terres, aides à l’installation de jeunes agriculteurs, mise en place d’une formation diplômante en maraîchage, création de cursus spécialisés destinés aux cuisiniers. Il s’agira aussi de puiser dans des techniques agricoles qui ont fait leur preuve comme la permaculture et le bois raméal fragmenté et de réfléchir aux moyens d’adapter l’agriculture au changement climatique. A terme, plusieurs centaines d’hectares de terres devront avoir été remis en culture agro-écologique, et plusieurs centaines d’emplois être créés.

A terme ! Car aujourd’hui les pesanteurs qui freinent la montée en puissance du dispositif montrent qu’il n’est pas aisé de se libérer de longues décennies d’agriculture industrielle et d’hyperspécialisation. Ce qui n’empêche pas les départements voisins d’observer de très près la métamorphose du système alimentaire qui se dessine dans les Deux-Sèvres.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Eric Tariant pour Reporterre

Lire aussi : De la ferme à la fourchette, trop bon, la cantine bio !.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

10 décembre 2019
Les gaz lacrymogènes sont dangereux pour la santé. Des manifestants témoignent
Enquête
10 décembre 2019
En refusant de réglementer la publicité, le gouvernement sacrifie l’écologie
Tribune
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête




Du même auteur       Eric Tariant (Reporterre)