Le destin commun de l’homme et des « petits oiseaux »

Durée de lecture : 1 minute

20 juin 2018 / Mahaut et Johannes Herrmann

« La vie oubliée - Crise d’extinction : agir avant que tout s’effondre », de Mahaut et Johannes Herrmann, est un appel vigoureux à la conversion écologique et un poème et une ode à la Création.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Au cours des 45 dernières années, les populations d’animaux sauvages ont fondu de moitié. Des dauphins d’Extrême-Orient jusqu’aux moineaux de nos rues, la vie animale et végétale se retire à grande vitesse de notre globe terrestre dans un profond silence. Accoutumés aux environnements façonnés par la technique, nous oublions trop souvent qu’à la base de toute notre économie, de toutes nos productions, se trouvent les écosystèmes. Moins connue que le dérèglement climatique, la crise d’extinction biologique pourrait elle aussi ébranler toutes les sociétés humaines.

Face à ce défi, une responsabilité particulière incombe aux chrétiens. L’encyclique Laudato Si’ du pape François rappelle que le souci des créatures vivantes non humaines s’enracine dans les plus anciens récits de l’Écriture. Il n’est pas en contradiction ou en compétition avec la défense de la vie humaine mais en relation avec elle. L’homme et « les petits oiseaux » survivront ensemble, ou pas du tout.

L’ampleur de cette crise nous demande une conversion profonde. Ne craignons pas d’être radicalement écologiques et écologiquement radicaux ! Ce livre revient aux origines de l’écologie et à la naissance de cette science. Il n’est pas seulement un appel vigoureux à la conversion écologique. Il est aussi tout entier un poème et une ode à la Création.


  • La vie oubliée - Crise d’extinction : agir avant que tout s’effondre, de Mahaut et Johannes Herrmann, éditions Première Partie, avril 2018, 160 p., 10 €.

20 novembre 2019
Froid, insalubre et désolé : le quotidien de 450 jeunes exilés dans un collège lyonnais
19 novembre 2019
« Si Julian Assange n’est pas protégé, cela marquera la fin des ­libertés individuelles »
20 novembre 2019
« Face au catastrophisme, c’est à partir du local qu’on aura du positif »