Le film qui montre la rapidité vertigineuse de la destruction de la nature

Durée de lecture : 1 minute

21 mai 2013 / Emilie Brouze (Rue89)

L’humanité transforme l’environnement terrestre à une vitesse vertigineuse. C’est ce que montre Timelapse, une série d’animations réalisées à partir d’images satellites.


De grandes villes grossissent et grignotent les espaces auparavant vides, des lacs et des forêts fondent sur la carte et des îles aux formes bizarres apparaissent : c’est ce que permet de visualiser, entre autres, cette fascinante Timelapse du monde qui montre trente ans d’impact de l’homme sur terre.

La Nasa, l’Institut d’études géologiques des Etats-Unis (US Geological Survey), Time, Google, et le Create Lab de l’université de Carnegie-Mellon ont récemment dévoilé cette animation, fabriquée à partir d’images satellites de la planète, capturées entre 1984 et 2012.

A certains endroits de la terre, le résultat fait réfléchir : observez donc la déforestation de la forêt amazonienne (ci-dessus) ou la construction de Palm Island, à Dubaï (voir ci-dessous).

Voyagez dans la Timelapse (par ici) en zoomant sur votre ville ou sur des morceaux du globe. Ci-dessous, par exemple, le Mont-Blanc 1984 VS 2012 :



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Rue89

Lire aussi : Voici le CO2... comme vous ne l’avez jamais vu

17 septembre 2019
La Durance, une rivière asséchée par les barrages et le dérèglement climatique
Enquête
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative




Du même auteur       Emilie Brouze (Rue89)