Le froid printanier s’explique par le changement climatique

Durée de lecture : 1 minute

1er avril 2013 / The Guardian

On grelotte, le printemps se fait attendre. « Et vous allez encore nous parler de réchauffement climatique ?! » Eh bien oui : c’est parce que la calotte glaciaire arctique est en retrait que le flux d’air froid polaire pénètre plus loin vers le sud.


Adapté d’un article du Guardian

Le Royaume-Uni, une grande partie de l’Europe et l’Amérique du Nord vivent actuellement un épisode très froid avec d’importantes chutes de neige.

Selon des scientifiques américains, cela s’explique par le réchauffement des eaux du Pôle Nord dont la couverture glacière (en surface comme en volume) a connu un recul historique à l’automne dernier (80% moins de glace que 30 ans auparavant). Des images satellite, publiées par le NSIDC (USA), montrent également que nous nous approchons du minimum pour la période actuelle de l’année.

La conséquence en est une modification du « jet stream », le flux d’air à l’origine des perturbations orageuses. En conséquence, l’air froid du Pôle Nord pénètre plus loin vers le Sud. Les conditions climatiques extrêmes sont une conséquence attendue du changement climatique. L’épisode actuel avait été prévu par la chercheuse Jennifer Francis dès septembre 2012.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Revue de presse environnementale. Contact pour abonnement : revuedepresse (arobase) hotmail.com

Photo : La Voix du Nord

Lire aussi : La banquise arctique a atteint son niveau le plus faible en été

18 janvier 2020
Au Sénégal, les populations se mobilisent contre un projet de port à conteneurs
Reportage
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien
18 décembre 2019
PODCAST - Migrations et climat : sortir du scénario catastrophe
Hors les murs




Du même auteur       The Guardian