Le gaz de schiste s’attaque aux Bushmen du désert du Kalahari

Durée de lecture : 3 minutes

27 novembre 2013 / Survival International France

Des révélations sur l’utilisation potentielle de la fracturation hydraulique dans la réserve du Kalahari soulèvent l’inquiétude quant à la survie des derniers chasseurs bushmen.


Selon une enquête réalisée pour le film documentaire The High Cost of Cheap Gas (le coût élevé du gaz bon marché) et le quotidien britannique The Guardian, une grande partie de la Réserve du Kalahari central au Botswana (CKGR), qui abrite les derniers chasseurs bushmen d’Afrique, a été ouverte à des compagnies énergétiques internationales qui vont utiliser la technique controversée de ‘fracturation hydraulique’.

Une carte révélée par une fuite montre que des concessions d’exploration ont été accordées sur la moitié de la Réserve – un territoire plus grand que la Suisse – ce qui fait craindre l’accaparement des terres, la baisse et la contamination des eaux et des dommages irréparables au fragile écosystème indispensable à la survie des Bushmen et de la faune.

Le documentaire révèle que le Botswana a accordé des licences lucratives à des compagnies telles que Australian Tlou Energy et African Coal and Gas Corporation, une firme sud-africaine, sans que les Bushmen n’en soient informés ni consultés. Alors que le gouvernement botswanais dément toute opération de fracturation au Botswana, Tlou a déjà commencé le forage de puits d’exploration de réserves de gaz de houille dans le territoire de chasse des Bushmen.

Ces révélations éclairent sur l’hypocrisie du président du Botswana Ian Khama, qui est membre du conseil d’administration de Conservation International. Le gouvernement de Khama fait activement la promotion du tourisme dans la réserve tout en expulsant les Bushmen de leurs terres au nom de la conservation.

Cette carte révèle que des compagnies énergétiques ont obtenu des concessions d’exploitation par fracturation hydraulique sur la moitié de la Réserve.

Jumanda Gakelebone, un Bushmen résidant dans la Réserve a déclaré : ‘Le gouvernement ne ménage pas ses efforts pour nous détruire. Il a menti par le passé à propos de l’exploitation des diamants en prétendant qu’il n’y en aurait pas dans la Réserve, mais aujourd’hui il y a une mine en activité dans la réserve. La fracturation hydraulique va détruire notre environnement et si notre environnement est détruit nos moyens de subsistance le seront aussi’.

Les Bushmen du Kalahari sont victimes de la persécution du gouvernement botswanais depuis des décennies. Bien qu’ils soient sortis victorieux de deux procès intentés contre leur gouvernement et qu’ils aient obtenu le droit de vivre, de chasser et d’accéder à l’eau de la Réserve, ils sont obligés de demander des permis restrictifs pour entrer dans la Réserve et sont régulièrement arrêtés pour avoir chassé.

Survival International a écrit aux compagnies qui ont obtenu des concessions dans la Réserve et a appelé à un boycott du tourisme au Botswana tant que les Bushmen ne seront pas autorisés à vivre librement sur ​​leurs terres.

Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré : ‘Ces révélations sont bien la preuve que les expulsions forcées des Bushmen de la Réserve n’ont rien à voir avec la ‘conservation’ mais qu’elles ont plutôt été destinées à ouvrir la voie à l’industrie extractive pour piller le territoire bushman. Pourquoi le président Khama continue-t-il de recevoir des prix pour ses efforts de ‘conservation’ ?

Il est absolument scandaleux que Conservation International puisse accepter en son sein un homme qui a ouvert la deuxième plus grande réserve faunique du monde à la fracturation hydraulique, tout en persécutant les Bushmen, dont c’est le territoire ancestral, au nom de la conservation’.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Survival International

Lire aussi : Gaz de schiste : la loi comportait une faille géothermique

13 septembre 2019
Train de nuit : le réveil se fait attendre
Enquête
14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info
14 septembre 2019
VIDÉO - La chasse des animaux prisonniers, une pratique cruelle et sadique
Tribune




Du même auteur       Survival International France