Le gisement miracle du pétrole kazakh se révèle plus que décevant

Durée de lecture : 4 minutes

4 janvier 2012 / Matthieu Auzanneau



Total est partenaire de l’exploitation de l’un des ultimes champs de pétrole géants de la planète... dont le développement s’annonce tellement difficile que le projet pourrait ne jamais être ni rentable, ni (donc) viable !


Le champ kazakh de Kachagan, dans la mer Caspienne, est présenté comme le projet pétrolier le plus prometteur de ces trois ou quatre dernières décennies. Ses réserves, estimées entre 9 à 16 milliards de barils, constituent l’équivalent de 3 à 6 mois de consommation mondiale environ.

Une enquête de l’agence Bloomberg montre à quel point les promesses de Kachagan apparaissent aujourd’hui décevantes. Après 11 ans et 39 milliards de dollars d’investissements (dont 8 années de retard, et un dépassement du budget initial estimé 15 milliards) Total, Exxon, Shell et l’italien ENI, principaux partenaires du gouvernement du Kazakhstan, ont de quoi se faire du tracas.

Un analyste réputé, Julian Lee, du Center for global energy studies de Londres, indique à Bloomberg : « Le plus gros souci, c’est de savoir si le projet est capable de devenir un jour rentable, compte tenu de l’énorme augmentation de son coût et du retard pris par son lancement. » Il pourrait s’avérer « impossible pour les investisseurs d’obtenir un quelconque retour sur investissement sur la seconde phase du projet, avant que leur contrat sur le champ n’expire », en... 2041.

Sans cette seconde phase, pour l’instant théorique, du développement de Kachagan, le million de barils par jour de production qui en est attendu fera cruellement défaut pour compenser le déclin rapide des zones d’extraction existantes. Les premiers barils, fournis par la première phase de développement toujours en cours, ne sortiront pas avant 2014.

Kachagan est l’un des rares points du globe où une augmentation importante de la production de brut peut se produire dans les prochaines années, avec la relance de la production de l’Irak et le développement des sables bitumineux au Canada.

Le coût de la seconde phase de Kachagan, ardemment réclamée par le gouvernement autocratique du Kazakhstan, promettent d’être astronomiques. Les investissements, encore hypothétiques, se chiffrent en centaines de milliards. Des déclarations récentes des patrons de Total et de Shell laissent entendre que ces groupes ne sont pas pressés de délier leurs bourses. Est-ce parce que financièrement, le jeu n’en vaut tout compte fait pas la chandelle ?

Les réserves mondiales de brut sont comme un vaste arbre fruitier. On commence par cueillir les fruits bien mûrs et à portée de main, avant de finir par se résoudre à monter chercher les fruits pourris tout en haut de l’arbre. On en est là, alors que depuis un quart de siècle, l’humanité consomme chaque année plus de pétrole qu’elle n’en découvre.

Difficile d’imaginer des conditions d’exploitation plus extrêmes qu’à Kachagan (à part peut-être au pôle Nord ?). Les hydrocarbures y sont piégés à 4200 mètres sous le plancher de la mer, à très haute pression. A la surface, les températures varient de - 35 °C en hiver à 40 °C l’été, mettant les matériaux à très rude épreuve. A la place des classiques plateformes offshore, six îles artificielles, situées à quelque 70 kilomètres de la côte, ont dû être construites pour exploiter le champ.

Ces « îles » sont truffées de capteurs afin de repérer les fuites de gaz inflammables, des gaz qui à Kachagan contiennent une proportion particulièrement élevée de sulfure d’hydrogène. Ce gaz, toxique à haute dose, a une odeur caractéristique d’oeuf pourri bien connue sur certaines plages du nord de la Bretagne. Il résulte de la décomposition de matière organique. Dans la plus grande des îles artificielles, sur laquelle vivent 5500 employés, des exercices d’urgence sont conduits chaque semaine, rapporte Bloomberg.

La structure des îles est capable de les protéger des glaces hivernales. Elle est censée isoler les puits afin d’éviter de polluer les eaux de la Caspienne, qui abritent notamment des phoques et les précieux esturgeons.

Si le pétrole tue aujourd’hui au Kazakhstan, ce n’est toutefois pas à cause de fuites d’hydrocarbures. Entre 14 et 70 personnes ont trouvé la mort en décembre au cours de manifestations d’ouvriers de la cité pétrolière d’Aktau, au bord de la Caspienne. Des manifestations réprimées dans un silence médiatique presque total par le potentat kazakh ami des puissances occidentales, Nursultan Nazarbayev.

Un « facteur d’instabilité » (comme on dit dans les chancelleries) qui a peu de chances d’accélérer développement du pétrole de la Caspienne, indispensable à l’avenir de l’industrie de l’or noir.






Source : Oil Man

Lire aussi : Naufrage d’une plate-forme pétrolière dans l’Arctique russe

30 septembre 2020
Dans le Tarn, un village se rebelle contre une mine de tungstène
Info
1er octobre 2020
M. Bezos, à quoi ça sert d’être chaque jour plus riche ?
Tribune
1er octobre 2020
Quand les chasseurs sont chassés : une journée avec des militants anti-chasse à courre
Reportage




Du même auteur       Matthieu Auzanneau