Le lourd poids en CO2 des courses quotidiennes

Durée de lecture : 2 minutes

16 mai 2012 / Joel Cossardeaux (Les Echos)

Chiffré à 700 kilos en 2009, le poids moyen des courses par Français pèse le double en équivalent carbone.


Le panier de courses annuel de chaque Français pèse en moyenne 0,7 tonne et son « poids » en tonne équivalent carbone est exactement le double. Avant d’être mis en rayon, tous les produits n’ont pas nécessité les mêmes niveaux d’émission de C02 Les produits non alimentaires comptent pour 11 % du poids des achats courants des Français et 13 % de leurs dépenses. En revanche, ils contribuent à 26 % du contenu carbone du « panier de la ménagère », constate une récente étude du ministère de l’Ecologie, menée auprès de quelque 20.000 ménages et 11.000 lieux de vente.

Les viandes pèsent beaucoup plus lourd dans le porte-monnaie (23 % de la dépense) que dans le filet de commissions (8 %), mais elles présentent un bilan carbone équivalent au non alimentaire. C’est l’inverse pour les fruits et légumes (20 % du poids du panier, 14 % des dépenses et 7 % du contenu carbone) et les produits de crèmerie. « L’écart le plus marquant concerne les eaux, boissons gazeuses et jus dont la part en poids est six fois supérieur à leur coût relatif et à leur contribution en contenu carbone (23 % contre 4 %) », poursuit l’étude.

Un rapport de 1 à 25 par kilo d’achat

Par ailleurs, les contenus carbone différent fortement au sein d’une même catégorie de produits. En moyenne, le rapport varie de 1 à 25 par kilos d’achat. Il est très élevé pour les viandes : plus de 4 kilos équivalent CO2 par kilos contre 2 kilos en moyenne et moins de 1 kilo pour les fruits et légumes ou les eaux minérales.

D’importantes variations sont aussi constatées selon les catégories socio-professionnelles.C’est le panier des ménages ouvriers qui contient proportionnellement le plus de carbone en poids et en valeur avec des taux de respectivement + 8 % et + 20 % par rapport à la moyenne. Les cadres sont dans une situation diamétralement opposée (-10 % et -15 %).

A noter également qu’un retraité émet beaucoup de C02 dans ses achats. Le contenu carbone de son panier est supérieur de près d’un quart à la moyenne. Contrairement à l’agriculteur qui se situe 23 % en-dessous de celle-ci. « Les retraités, qui prennent la plupart de leurs repas à domicile, ont un panier d’achat plus lourds en carbone que les actifs qui prennent fréquemment leurs repas en dehors du foyer », explique l’étude.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Les Echos

Source : 28 % des émissions françaises de CO2 ont leur source en Russie

18 janvier 2020
Au Sénégal, les populations se mobilisent contre un projet de port à conteneurs
Reportage
20 janvier 2020
Agir localement pour changer l’avenir
Tribune
20 janvier 2020
La survie de Terre de liens entre les mains du gouvernement
Enquête