Le maintien de l’ordre à Nantes et la mort de Steve

Durée de lecture : 2 minutes

15 juillet 2020 / Nicolas Mollé



Nicolas Mollé, dans « Tout le monde sait qui a tué Steve », met en avant l’enchaînement de décisions qui ont conduit, dans la nuit du 21 au 22 juin 2019, à la mort de Steve Maia Caniço, noyé dans la Loire après une charge policière.

  • Présentation du livre par son éditeur :

C’est en prenant pour point de départ la mort de Steve Maia Caniço dans la nuit du 21 au 22 juin 2019 que le journaliste Nicolas Mollé mène l’enquête. Une enquête destinée à détricoter l’ensemble des décisions qui ont conduit à la mort de Steve ce jour-là. Parti à la rencontre de la famille de Steve, de militants nantais, de syndicalistes, d’acteurs de ce drame, Nicolas Mollé livre un récit saisissant.

Cet ouvrage est également une enquête sur le maintien de l’ordre à Nantes, des grèves de 1955 à la répression brutale des luttes autour de la Zad, contre la loi Travail et, plus récemment, la répression des Gilets jaunes.

La schlague. En pleine nuit. Des coups. De matraques, à la volée. De pieds. Un Taser qui crépite. Des grenades qui explosent. La terreur. Une grenade atterrit dans une gerbe d’étincelles sur les épaules d’un homme trébuchant. Des ogives en plastique dur de lanceur de balles de défense fusent dans l’obscurité. Un chien berger malinois aboie et se cabre comme un ressort sous l’impulsion du policier le tenant en laisse. C’est la Fête de la musique quai du président Wilson. Du gaz, beaucoup de gaz lacrymogène, de la bombe à main aux grenades, qui retombe en assommoir sur une foule stupéfaite par ses excès festifs, endolorie par des heures de danse, à une heure où elle n’aspire qu’à redescendre et à rejoindre progressivement le sommeil réparateur. Steve Maia Caniço s’est noyé à 24 ans. Il a perdu la vie dans la Loire au cours de la nuit du vendredi 21 au samedi 22 juin 2019 à Nantes. Son corps a été retrouvé le lundi 29 juillet. Après plus d’un mois d’incertitudes, de manifestations, de mobilisations de la part de ses proches et de collectifs spontanés, de prises de positions ou d’interpellations des politiques. Il flottait à deux kilomètres de sa disparition, quai Fernand-Crouan, dans un secteur proche du bras de la Madeleine, au pied de la grue jaune Titan. Tout le monde sait qui a tué Steve. Un après-midi de septembre, ce slogan éphémère orne en lettres rouges les marches qui mènent vers la tour Bretagne à Nantes. »


  • Tout le monde sait qui a tué Steve, de Nicolas Mollé, éditions Syllepse, juillet 2020, 168 p., 10 €.



21 octobre 2020
Benoît Biteau : « La PAC va continuer à provoquer des désastres sociaux et écologiques »
Entretien
24 octobre 2020
États-Unis : mais pourquoi votent-ils Trump ?
Reportage
23 octobre 2020
En Côte d’Ivoire, la bio-architecture, solution face au tout-béton ?
Reportage




Du même auteur       Nicolas Mollé