Le nombre d’ateliers vélo participatifs et solidaires explose

Durée de lecture : 2 minutes

28 janvier 2013 / Julien Allaire (L’heureux cyclage)


L’Heureux Cyclage vient de publier la 2e édition de son panorama français des ateliers vélo participatifs et solidaires. Fondé sur une enquête statistique réalisée auprès de 39 ateliers vélo , il en présente une revue synthétique et détaillée : nombre et types d’ateliers, activités proposées, profils des usagers, etc . Le nombre d’ateliers vélo croît de manière exponentielle et.... les usagers aussi !

Répondant à un besoin réel des cyclistes quotidiens, les projets d’ateliers vélo se sont multipliés ces dernières années dans les villes françaises. On en dénombre aujourd’hui 71 en activité (contre une trentaine en 2010) et leur rythme de croissance est important : + 37 % entre 2011 et 2012. Les cyclistes de leur côté répondent présents : on peut estimer aujourd’hui le nombre d’usagers des ateliers à plus de 25 000. En six mois d’existence à peine, certains ateliers comptent plus de 600 adhérents. Les ateliers attirent des usagers plutôt jeunes (28 ans en moyenne), hommes (58 %) comme femmes (42 % ).

Des activités en faveur du vélo très diversifiées

Dans tous les ateliers, on propose l’apprentissage de la mécanique vélo afin d’être le plus « vélonome » possible. Et l’effet pédagogique est réel puisque 69 % des adhérents d’ateliers vélo déclarent réparer eux-mêmes leur vélo contre 43 % pour des non adhérents.

En plus de cette activité de base, un grand nombre d’ateliers (85 %) déclare réaliser des événements afin de promouvoir la pratique quotidienne du vélo. Un certain nombre (39 %) s’exerce même au plaidoyer pro-vélo sur leur territoire. Un élément prédomine : les ateliers sont très attentifs à ce que l’accès au vélo se fasse à un coût modeste. Ainsi, la grande majorité d’entre eux (83 %) vend des vélos d’occasions et une moitié organise des bourses aux vélos.

Le réemploi des vélos : écologique, économique et source de valeur

Une des premières ressources des ateliers est la récupération de vélos : 68 % des cycles étaient destinés à l’abandon et 25 % sont directement prélevés en déchetterie (25%). Chaque vélo, qu’il soit entier ou en pièces, est revalorisé dans l’atelier : réparé afin d’être réemployé ou démonté pour alimenter un stock de pièces détachées. En France, l’Heureux Cyclage évalue entre 12 000 et 15 000 le nombre de vélos traités dans les ateliers vélo, contribuant ainsi à la mise en place d’une économie circulaire du vélo à l’échelon local.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : L’Heureux cyclage

Photo : Le dérailleur

Lire aussi : L’homme qui recyclait les vélos

16 juillet 2019
L’Île-de-France va s’effondrer... et la vie y sera belle
Alternative
16 juillet 2019
Pourquoi faire la « marche des animaux » ?
Une minute une question
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage