Le peuple Sarayaku d’Equateur voit sa cause progresser

Durée de lecture : 2 minutes

2 avril 2012 / Frontière de vie




Après 8 ans de procédure, en juillet dernier, s’est tenue, devant la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) au Costa Rica, l’ultime audience publique relative au cas du Peuple kichwa de Sarayaku (Amazonie équatorienne). L’Etat équatorien devait y répondre de la violati-on de plusieurs arti-cles de droit international relatifs aux droits humains et aux droits collec-fs des peuples autochtones.

Avant de rendre son jugement final, le président de la Cour, dans l’exercice de ses fonctions, a décidé d’effectuer une visite in situ sur le territoire du Peuple Kichwa de Sarayaku.

Cette visite est un précédent unique dans l’histoire de cette Cour ! Ainsi, le 21 avril 2012, le président de la Cour se rendra à Sarayaku afin d’obtenir des informations supplémentaires relatives à la situation des victimes et aux lieux où se seraient déroulés certains des faits dénoncés. La Cour tirendra ensuite sa session du 23 au 28 avril dans la ville de Guayaquil.

Il s’agit d’une opportunité exceptionnelle pour le Peuple Kichwa de Sarayaku. Celle-ci assurera une forte visibilité quant à la lutte pacifique des peuples et nationalités indiennes, en réaffirmant le droit des peuples autochtones au consentement libre, préalable et informé en cas de projets industriels sur leurs territoires, et en dénonçant les graves menaces du 11e appel d’offre pétrolier sur plus de 3,8 millions d’hectares de forêt primaire et 7 nationalités indiennes en Equateur.

Pour cette action, Sarayaku souhaite inviter 60 représentants de la société équatorienne à être témoins de leurs préjudices et de leur lutte : journalistes, ONG, défenseurs des droits de l’homme et de la nature, ar-tistes, cinéastes et représentants des organisations des peuples et na-tionalités indiennes, montubias et afro-équatoriens.

Pour y parvenir, de nombreux frais devront être assumés par Sarayaku : -coûts des transports locaux (aériens et fluviaux) des visiteurs, coûts d’alimentati-on (y compris pour les représentants de la Cour et du gouvernement), installation d’un écran géant et de haut-parleurs à l’extérieur de la maison communautaire - trop petite pour l’occasion - afin que toute la communauté puisse entendre les différentes déclarations, transport et logement de 15 personnes de Sarayaku à Guayaquil pour par-ciper à la session extraordinaire de la Cour, frais de tournage de tous les événements depuis l’arrivée de la Cour à Quito, son passage à Sarayaku et à Molino, jusqu’à Guayaquil.

Pour garantir le succès de cette mobilisation, Sarayaku a besoin de recevoir, avant le 10 avril, 15 450 $US, soit 11 630€. Vous avez soutenu Sarayaku en permettant à une délégation de par-ticiper au procès au Costa Rica, mais le combat n’est pas fini ! Il faut le poursuivre... Soutenez le combat du Peuple Kichwa de Sarayaku en faisant un don.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Communiqué de Frontière de vie

Lire aussi : Le peuple Surayaku et l’Etat d’Equateur devant la Cour des droits de l’homme

25 mai 2020
Pour éviter les pandémies, cessons l’élevage industriel
Tribune
25 mai 2020
À pied, à vélo, en canoë… Voyager lentement pour se reconnecter au vivant
Enquête
23 mai 2020
« Laudato Si’ », un ferment de conversion écologique pour les chrétiens
Tribune




Du même auteur       Frontière de vie