Le premier détenu climatique de France

Durée de lecture : 4 minutes

7 septembre 2012 / Alexandre Faro // Parti de la Résistance

Pierre-Emmanuel Neurohr vient d’être incarcéré à la prison de la Santé. Il avait bloqué quelques minutes, pour la cinquième fois, un avion à l’aéroport de Roissy.


Message envoyé par Me Alexandre Faro, avocat, le 7 septembre à 19 h 00 :

"Pierre-Emmanuel Neurohr a été mis en examen par la juge d’instruction, Mme Herlaut, puis placé en détention à la maison d’arrêt de la Santé. Le juge de la détention a invoqué la nécessité de prévenir toute nouvelle intrusion. C’est le premier détenu climatique en France.“

Note de Reporterre :

Pierre-Emmanuel Neurohr a été placé en détention, conformément aux réquisitions du parquet, qui a mis en avant "la réitération des faits" et "le risque qu’il fait courir aux usagers".

M. Neurohr a déjà réussi à s’introduire quatre fois sur le tarmac de Roissy depuis le mois de juin. Déjà condamné à 3 mois de prison avec sursis puis 1.000 euros d’amende en juillet, pour entrave à la navigation aérienne et intrusion dans une zone protégée, il doit de nouveau comparaître le 18 septembre à Bobigny.


Pour la cinquième fois, il bloque un avion

Info mise en ligne le 6 septembre

Mercredi 5 septembre, un citoyen a pénétré sur les pistes de l’aéroport Charles-de-Gaulle et a bloqué un avion d’Air France, afin de protester contre la destruction du climat de la planète.

Les scientifiques nous disent qu’il ne faut pas dépasser 1,5 t de CO2 par personne et par an pour ne pas détruire le climat de la terre.Un voyage Paris-Montréal pollue avec 1,5 t par personne… en quelques heures (1). Or la destruction du climat va avoir des conséquences génocidaires (2). Si vous pensez que 2 + 2 = 4, alors il faut interdire cette machine immédiatement.

Pierre-Emmanuel Neurohr, qui a réalisé cette action, avait déjà été condamné le 2 juillet à 3 mois de prison avec sursis, suite à deux actions similaires, jugement dont il a fait appel. Malgré cette condamnation, il est retourné bloquer la machine la plus immorale qui soit au XXIe siècle. D’après les informations disponibles, il est actuellement détenu en garde-à-vue à l’aéroport, il risque d’être placé en détention provisoire avant son procès, fixé à la date du 18 septembre, à partir de 13 h, au Tribunal de Bobigny (17e chambre). Cette fois-ci il encourt une peine de prison ferme.

Pour toute personne rationnelle qui s’informe sur le climat en 2012, la conclusion qui s’impose est claire. Les extrêmes climatiques – sécheresses et inondations, entre autres – vont provoquer la destruction de millions d’êtres humains. Et l’avion est la machine qui, par citoyen français, participe le plus à ce qui apparaît de plus en plus comme la préparation d’un génocide.

.....................

Notes :

(1) « Pour que les concentrations en gaz à effet de serre arrêtent d’augmenter dans l’atmosphère, une règle de 3 relativement grossière entre l’absorption de dioxyde de carbone par les océans et la végétation (environ 10 milliards de tonnes de CO2) et la population mondiale actuelle (6,8 milliards d’individus plus ou moins gourmands en énergie) suggère qu’il faudrait rejeter au plus 1,5 t de CO2 par personne et par an en moyenne. Malgré la relative modestie des rejets de gaz à effet de serre français par rapport à ceux d’autres pays industrialisés, nos rejets pour le seul CO2 devraient être divisés par 4 à 5 pour arrêter l’augmentation », Valérie Masson-Delmotte, Climat : le vrai et le faux, 2011, p. 69.

Il existe différents modes de calcul, et 1,5 t de CO2 représente l’estimation la plus basse. En fait, selon le gouvernement français, un A/R 2e classe Paris-Montréal pollue notre fine couche d’atmosphère avec 2,5 t de CO2 par individu (tableur Ademe V6.1, p. 108 , septembre 2010 ; un aller-simple pollue avec 1248 kg). Mais nous prenons à dessein l’estimation la plus basse : même de cette manière, il est évident pour toute personne rationnelle que l’utilisation de l’avion est incompatible, mathématiquement parlant, avec un climat préservé.

(2) Drought under global warming : a review (Les sécheresses dans le cadre du réchauffement climatique : un état des connaissances), Aiguo Dai, WIREs Climate Change, 2010.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : -Texte d’Alexandre Faro à Reporterre

-Parti de la résistance

Lire aussi : Il arrête un avion pour lutter contre le changement climatique

Ecouter aussi : Pierre-Emmanuel Neurohr, pourquoi créez-vous le Parti de la résistance ?

20 janvier 2020
Les activités industrielles causent de plus en plus de séismes
Enquête
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien
21 janvier 2020
Faire durer les grèves : les leçons de l’histoire
Enquête