Le projet inutile de nouveau périphérique à Lyon bloqué par une expertise officielle

27 mars 2013 / Marcel Robert (CarFree)


Nous sommes en 2013 et plus que jamais, il faut construire des autoroutes. La France, pays sans doute le plus autoroutier au monde, manque semble-t-il encore d’autoroutes. Du côté de Lyon, l’agglomération du socialiste Gérard Collomb (photo) et le Conseil Général du Rhône veulent construire à tout prix le Tronçon Ouest du Périphérique lyonnais (TOP).

Une idée pas vraiment TOP ? Effectivement, on peut se poser la question, quand on sait que le projet d’une quinzaine de kilomètres devrait coûter au moins 2 milliards d’euros, peut-être même pas loin de 3 milliards d’euros.

Il est envi­sagé que le projet soit payé moitié moitié par le Grand Lyon et le Département, l’Etat ayant jeté l’éponge car il estime que le projet est trop coû­teux. Rendez-vous compte, même l’Etat français, traditionnel bétonneur autoroutier devant l’éternel n’en veut pas ! Ce coût particulièrement élevé s’expli­que car la majeure partie du projet est sous tunnel. A titre de com­pa­rai­son, 2 mil­liards d’euros seraient suf­fi­sants pour dou­bler le réseau de métro de l’agglo­mé­ra­tion lyonnaise…

A ce prix-là, les experts en communication de l’équipe du Grand Lyon ont eu la magnifique idée de rebaptiser le dit projet autoroutier en « Anneau des Sciences ». Ça en jette plus que « Périphérique Ouest »… mais l’histoire ne dit pas combien le nouveau nom a coûté. Vous me direz, quand on en est à 2 ou 3 milliards d’euros, on n’est plus à quelques centaines de milliers d’euros près s’il s’agit de trouver un nouveau nom sexy à un vieux projet d’autoroute crado…

Comment en est-on arrivé là ? Comment quelques notables locaux peuvent-ils défendre un projet autoroutier d’une quinzaine de kilomètres coûtant autant que l’ensemble du réseau de métro de l’agglo de Lyon ?

Attention, c’est une affaire qui pique les yeux, entre multinationales du BTP qui veulent s’en mettre plein les poches (premier truisme), notables locaux aveuglés par le tout-voiture (second truisme), simulacre de concertation pilotée localement par le WWF (oui, le WWF !) et massacre des espaces naturels au bout de l’autoroute… Un projet vieux de 1974, rappelez-vous Giscard et son accordéon, oui Giscard !, toujours d’actualité en ce moment même, à l’époque de la transition énergétique de François Hollandréou !

On croit nager en plein délire, mais c’est la France de 2013, celle des Vinci et Bouygues, Jean-Marc Ayrault et Gérard Collomb, Nicolas Hulot et le WWF ! Jean-Marc Ayrault veut son aéroport, Gérard Collomb veut son bout de périphérique !

Bon j’arrête là ! Si vous voulez vraiment faire le tour du dossier en profondeur, jusqu’à la nausée, vous vous reporterez sur l’analyse réalisée par le site Rebellyon (1). L’analyse est très bien faite et elle intègre en plus un petit guide intitulé « Comment bétonner en 5 étapes ». Sans doute un manuel destiné à tout élu socialiste qui se respecte !

Ceci dit, pour boucler avec le titre de l’article, l’actualité toute récente sur le sujet est quasi désopilante si le sujet n’était pas gravissime. Face à la levée de boucliers sur le plan local, la commission nationale du débat public chargée de piloter la concertation avait dû, en fin d’année dernière, requérir une expertise indépendante auprès d’un bureau d’études franco-allemand (2).

Le bureau d’étude vient tout juste de rendre son expertise (3), qui met en coupe réglée toutes les études menées par l’équipe du Grand Lyon et du Conseil général du Rhône ! Selon l’expertise, les études menées par le Grand Lyon sous-estiment constamment le rôle des transports en commun, de la marche et du vélo et sur-estiment au contraire le trafic automobile futur.

L’expertise indépendante se présente comme une charge contre le périphérique ouest, « générateur de futurs trafics routiers » et d’étalement urbain. Selon le bureau d’études, les hypothèses retenues par le maître d’ouvrage sont « arbitraires et maximalistes »… La messe est dite !

On dirait bien que le Grand Lyon s’est fait prendre en flagrant délit la main dans le goudron…

...........................................................

Notes

(1) Béton ou Révolution ? Le tronçon Ouest du périphérique lyonnais (TOP), Rebellyon.

(2) Le rapport qui remet en cause le périphérique ouest , Lyoncapitale.fr.

(3) http://www.debatpublic-anneau-top.org/fil-du-debat/expertise-complementaire.html




Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source et photos : CarFree

Lire aussi : Les bétonneurs réactivent le plan de l’autoroute Grenoble-Sisteron

21 février 2019
Sept millions de Français pâtissent de la précarité énergétique
Info
18 février 2019
EuropaCity, grand projet inutile aux portes de Paris, vacille mais vit encore
Info
21 février 2019
Le peuple des Gilets jaunes occupe sa maison à Saint-Nazaire
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Marcel Robert (CarFree)