Faire un don
54143 € récoltés
OBJECTIF : 120 000 €
45 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Le rendez-vous raté avec la bataille climatique.... il y a trente ans

Durée de lecture : 2 minutes

22 mai 2019 / Nathaniel Rich

Nathaniel Rich, dans « Perdre la Terre », raconte comment la planète a raté son rendez-vous avec le climat, comment malgré les efforts de plusieurs lanceurs d’alerte, d’intérêts parfois concordants, souvent contradictoires, y compris de l’industrie pétrolière, rien n’a été fait pour stopper le changement climatique.

  • Présentation du livre par son éditeur :

1979. À peu près tout ce que nous comprenons à l’heure actuelle du réchauffement climatique était compris. Et même mieux compris, sans doute. Les principaux aspects du problème étaient tranchés, sans débat possible, et les spécialistes, loin de se disputer sur l’établissement des faits, travaillaient à en affiner les conséquences. Il y a trente ans, nous aurions pu sauver la Terre. Pourtant nous n’avons rien fait. Après des années d’enquête et plus de cent interviews réalisées avec le soutien de la Fondation Pulitzer, Nathaniel Rich retrace comment la planète a raté son rendez-vous avec le climat, comment malgré les efforts de plusieurs lanceurs d’alerte, d’intérêts parfois concordants, souvent contradictoires, y compris de l’industrie pétrolière, rien n’a été fait pour stopper le changement climatique.

Implacable et passionnant, Perdre la Terre est un document pour l’histoire. Notre histoire. Un récit fascinant dans lequel l’auteur semble placer le lecteur à la table des négociations pour lui faire entendre les cris d’alarme, les silences coupables, les atermoiements de conscience, la force de l’inertie et des renoncements, et peu à peu l’imminence de la catastrophe. Perdre la Terre n’est pas seulement le roman impitoyable d’occasions historiques manquées, c’est aussi l’évaluation claire et détaillée de la façon dont nous en sommes arrivés là — et de ce que nous pouvons et devons faire avant qu’il ne soit vraiment trop tard.

  • Nathaniel Rich est journaliste au long cours pour le New York Times. Fasciné par l’attraction paradoxale qu’exercent les catastrophes sur la société contemporaine, il interroge dans ses articles la manière dont le monde et la littérature s’accommodent du désastre.

  • Perdre la Terre. Une histoire de notre temps, de Nathaniel Rich, traduit par David Fauquemberg, éditions du Seuil, mai 2019, 288 p., 17,5 €.


13 juin 2019
Reporterre a 30 ans. Voici les articles de l’anniversaire
La vie de Reporterre
14 juin 2019
La publicité, carburant des migrations internationales
Tribune
15 juin 2019
Fatima Ouassak : « Dans les quartiers populaires, l’écologie semble réservée aux classes moyennes et supérieures blanches »
Entretien